NOUVELLES
30/05/2017 08:57 EDT | Actualisé 30/05/2017 09:01 EDT

Nomination de Madeleine Meilleur: la fronde se poursuit en comité

OTTAWA — Le Nouveau Parti démocratique (NPD) juge que le comité des langues officielles ne peut produire son rapport sur la nomination de Madeleine Meilleur sans entendre la version des faits de plusieurs personnes impliquées de près dans le processus.

Plaidant que la désignation de la libérale de longue date pour le poste de commissaire aux langues officielles a provoqué «un ouragan de controverse», le député néo-démocrate François Choquette a déposé en comité mardi une motion dans laquelle il réclame la comparution de dix personnes.

Sur cette liste figurent notamment le nom de Gerald Butts, le secrétaire principal du premier ministre, ainsi que celui de Mathieu Bouchard, conseiller pour le Québec auprès de Justin Trudeau.

Cette nouvelle offensive en comité survient quelques heures après que les conservateurs et les néo-démocrates eurent essuyé une première défaite en Chambre dans leur tentative de bloquer la désignation de Madeleine Meilleur, lundi.

Le président de la Chambre, Geoff Regan, a refusé de s'immiscer dans le débat qui avait été porté à son attention par un rappel au règlement en concluant qu'il outrepasserait son rôle en se prononçant sur la question de droit qui lui avait été soumise.

Le comité des langues officielles, qui a entendu le témoignage de Madeleine Meilleur le 18 mai dernier, dispose de 30 jours de séance pour produire un rapport sur la nomination du commissaire.

Lors de sa comparution, l'ancienne députée libérale d'Ottawa-Vanier à Queen's Park avait affirmé qu'elle avait approché Gerald Butts ainsi que la chef de cabinet du premier ministre, Katie Telford, pour leur signifier son intérêt pour le poste.

Cette révélation a fourni des munitions additionnelles aux partis d'opposition, qui avaient déjà qualifié la nomination de Madeleine Meilleur de «partisane» dès que le choix du gouvernement avait fuité aux médias, quelques jours avant l'annonce officielle.

Lors de la période de questions en Chambre, lundi, les conservateurs ont mitraillé de questions la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly. «Quand le premier ministre retirera-t-il cette nomination?», lui a notamment balancé le député Michael Chong.

Cela ne semble pas dans les plans du gouvernement, selon ce qu'a indiqué mardi la ministre Joly dans les couloirs du parlement.

Intervenants que le NPD aimerait entendre

1. La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA)

2. Michel Doucet, l'un des candidats malheureux au poste de commissaire

3. Le responsable du processus de sélection de Boyden

4. Le sous-ministre de Patrimoine canadien

5. Mathieu Bouchard, conseiller pour le Québec au bureau du premier ministre

6. Gerald Butts, secrétaire principal du premier ministre

7. Rémi Léger, professeur spécialisé dans les questions liées à la francophonie

8. Le sous-ministre de la Justice

9. La dirigeante principale des ressources humaines du Secrétariat du Conseil du Trésor

10. La sous-secrétaire du Cabinet du Bureau du Conseil privé (BCP)