NOUVELLES
30/05/2017 03:36 EDT | Actualisé 30/05/2017 04:00 EDT

Mousson au Sri Lanka: le bilan s'aggrave à 193 morts

La Sri Lanka appelait mardi des volontaires à venir en aide aux sinistrés après les meurtrières pluies de mousson vendredi, qui ont fait au moins 193 morts selon un nouveau bilan.

Selon un décompte mardi après-midi, les précipitations torrentielles de vendredi, qui ont provoqué inondations et glissements de terrain, avaient coûté la vie à 193 personnes tandis que 94 autres sont toujours portées disparues.

Au total, 600.000 personnes ont dû quitter leur foyer. 1.300 maisons ont été détruites et 7.000 autres sévèrement endommagées, selon les derniers chiffres officiels.

Les inondations ayant contaminé des puits, des dizaines de milliers de personnes se retrouvent sans eau potable, poussant les autorités à lancer un appel à l'aide pour purifier les citernes.

Quatre cents personnes se sont proposées pour participer à l'opération de nettoyage des puits, a indiqué le ministre de l'eau Rauf Hakeem, qui a appeké à des donations de pompes à eau.

"Nos volontaires ont offert de participer à un nettoyage de grande ampleur", a-t-il déclaré à la presse à Colombo.

Avec le retrait des eaux, nombre de sinistrés ont commencé à regagner leur domicile, a rapporté le porte-parole du gouvernement.

Des équipes médicales supplémentaires sont en train d'être dépêchées "pour empêcher l'apparition de maladies comme la fièvre de rat (leptospirose, ndlr) ou les diarrhées" et la dengue, a indiqué Rajitha Senaratne.

De son côté, l'aide internationale continue d'arriver sur l'île de l'océan Indien. Un troisième bateau humanitaire indien devait accoster en fin de journée mardi.

Trois navires chinois et un pakistanais sont également attendus dans la semaine à Colombo.

Les Nations unies ont annoncé qu'elles enverraient des conteneurs d'eau et des tablettes de purification de l'eau. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) doit fournir des médicaments dans les zones sinistrées.

Il s'agit des pires inondations au Sri Lanka depuis mai 2003, quand 250 personnes avaient été tuées et 10.000 maisons détruites par des pluies de mousson particulièrement fortes.

L'année dernière, ce phénomène climatique avait coûté la vie à une centaine de personnes.

aj/np/amd/pjl