NOUVELLES
30/05/2017 08:28 EDT

Madame Rouyn-Noranda à la rencontre de Rouyn-Noranda

La chanteuse jazz américaine Rouyn Noranda Carter a rencontré les médias abitibiens en début de semaine afin de partager ce grand moment de vie qui devient réalité pour elle : celui de jouer à Rouyn-Noranda.

D'après une chronique de Marc-Olivier ThibaultCette dernière est toujours sur un nuage. Rouyn Noranda Carter a été accueillie en vedette samedi à l’aéroport en marge de son passage au Festival des guitares du monde de l’Abitibi-Témiscamingue (FGMAT).

Je me suis sentie à la maison! Tout le monde m’attendait à l’aéroport comme si j’étais une célébrité, me donnant des accolades et beaucoup d’amour. J’ai été à beaucoup d’endroits dans le monde et jamais je n’ai reçu un accueil si chaleureux.

Rouyn Noranda Carter

La première chose que la chanteuse a faite a été de prendre une photo sur l’avenue Carter.Un geste symbolique qui rappelle l’origine de son prénom. Un prénom que son père, le musicien Robert “Pee Wee” Carter lui a donné en l’honneur des villes jumelles, alors que sa femme était enceinte à l’été 1956 et qu’il était pour sa part en tournée avec son groupe dans la capitale du cuivre.

Un nom particulier

Ce nom par contre, elle l’a détesté longtemps. Puisque qu’il n’est prononcé adéquatement dans la langue de Shakespeare, « Rouyn » peut, à l’oreille, ressembler à ruins (des ruines), ce qui a une connotation péjorative.

Or elle a fait la paix avec son prénom, surtout cette semaine, dans cette ville qui a inspiré son origine.

Par ailleurs, chez elle, en Californie, les gens ont toujours de la difficulté à croire la chanteuse quand elle raconte cette histoire.« Ils ne me croient pas. Ils ne me croient pas puisque les articles sortis dans les médias canadiens sont en français et pour une raison que j’ignore, le contenu canadien n’était pas toujours accessible en ligne pour nous », soutient-elle.Madame Rouyn Noranda Carter sera en spectacle jeudi, vendredi et samedi dans le cadre du FGMAT.