NOUVELLES
30/05/2017 16:43 EDT

Les restaurateurs mécontents du salaire minimum à 15 $

Mardi, le gouvernement Wynne a annoncé une hausse graduelle du salaire minimum, qui devrait atteindre 15 $ l'heure d'ici janvier 2019. À Ottawa, la proposition a été tièdement reçue par les restaurateurs.

« Tous les gens d’affaires vont vous répondre la même chose, il n’y a personne qui s’attendait à des augmentations de salaire aussi fortes », a déclaré d’emblée le propriétaire du Moulin de Provence, Claude Bonnet.

Entre la diminution des profits et l’augmentation des frais d’exploitation, M. Bonnet a avoué ne pas savoir comment il absorbera l’augmentation salariale « draconienne » mise de l’avant par le gouvernement ontarien.

Le restaurateur ne veut pas licencier ses employés, mais il s’inquiète des répercussions qu’aurait une hausse des prix sur sa clientèle.

« Est-ce que le client va accepter une inflation supplémentaire? Je ne penserais pas, le pouvoir d’achat a une limite », a-t-il expliqué.

On ne sait plus où trouver l’argent!

Claude Bonnet, propriétaire du Moulin de Provence

Vers un exode des travailleurs gatinois ?

Le propriétaire du Buffet des continents, un restaurant de Gatineau, voit lui aussi d’un mauvais œil l’annonce du gouvernement Wynne.

Tony Priftakis estime que la hausse du salaire minimum en Ontario aura assurément un impact sur les commerçants gatinois.

« On sait que [les travailleurs] traversent pour le gouvernement, ils vont traverser pour d’autres emplois », a-t-il déclaré.

M. Priftakis affirme que les restaurateurs souffrent déjà d’une pénurie de main-d’œuvre. Il aimerait que le gouvernement québécois augmente lui aussi le salaire minimum afin que l’écart ne se creuse pas davantage entre les deux provinces.

« Pas aussi vite », a cependant nuancé le restaurateur. « Il faut qu’on absorbe cette augmentation », a-t-il souligné.

Avec les informations du journaliste Michel-Denis Potvin