NOUVELLES
30/05/2017 18:26 EDT

L'opposition à la nomination de Madeleine Meilleur s'intensifie à la Chambre des communes

Les partis d'opposition au Comité permanent sur les langues officielles de la Chambre des communes demandent à entendre des témoins, avant de remettre leur rapport final sur la nomination de Madeleine Meilleur au poste de commissaire aux langues officielles.

Le Nouveau parti démocratique (NPD) a soumis une liste de 10 noms de personnes qu'il veut voir comparaître avant le rapport final.

Le NPD tient à faire la lumière sur le processus de sélection de Madeleine Meilleur en entendant entre autres les hauts fonctionnaires qui ont participé à l'entrevue et la garde rapprochée du premier ministre Justin Trudeau.

Les partis d'opposition jugent cette nomination « partisane » et craignent que la future commissaire soit incapable de faire preuve d'impartialité envers le gouvernement.

La majorité libérale au comité a toutefois rapidement ajourné à jeudi le débat sur la motion du NPD, jetant un doute sur sa recevabilité.

Le président du comité, le député libéral de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, explique que le comité doit examiner la compétence de la personne choisie par le premier ministre, pas le processus entourant sa nomination.

« J'ai posé des questions aux membres du comité à savoir est-ce que ça relève de la compétence ou du processus », précise M. Paradis qui ajoute que « la motion [du NPD] parle du processus et ça le processus c'est davantage la Chambre [des communes]. »

La députée conservatrice de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d'Orléans-Charlevoix, Sylvie Boucher, qui a appuyé la motion du NPD, a également indiqué qu'elle entend aussi inviter des témoins.

Le Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes dispose de 30 jours ouvrables, depuis le 15 mai, pour remettre son rapport sur la nomination de Madeleine Meilleur au poste de commissaire aux langues officielles.

Cette période pourrait bien être utilisée en entier, ce qui signifie que la ratification de la nomination n'aurait pas lieu avant septembre, en raison de l'ajournement des travaux des parlementaires pour l'été.

Nouvelles informations

Cette nouvelle salve des partis d'opposition survient au lendemain du refus du président de la Chambre des communes d'annuler le vote sur cette nomination, et alors qu'une autre information vient alimenter la controverse.

Madeleine Meilleur aurait remis sa carte de membre du parti le 7 avril dernier, quelques semaines avant sa nomination.

Le critique néo-démocrate au Comité permanent des langues officielles, François Choquette, affirme que cela ne correspond pas à ce que Mme Meilleur aurait dit au comité lors de son témoignage.

« La fameuse carte de membre [aurait été remise] le 7 avril 2017, alors qu'elle aurait dit qu'elle n'était plus membre du parti depuis la fin de l'année 2016 », indique M. Choquette. « Il y a quand même plusieurs mois d'écart là, c'est très préoccupant. »

La FCFA réclame à nouveau une rencontre avec Justin Trudeau

La Fédéréation des communautés francophones et acadienne du Canada, qui avait réclamé une rencontre de toute urgence avec le premier ministre, a pu rencontrer la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, mardi.

Mais l'organisme soutient que la ministre du Patrimoine ne répond pas aux inquiétudes de ces membres et exige à nouveau de voir Justin Trudeau.

« La Fédération a pu constater que le gouvernement reste ferme dans son intention de poursuivre ce processus. [...] La FCFA continue donc à insister pour rencontrer le premier ministre du Canada, qui est l’ultime responsable de la politique des langues officielles au pays », a fait savoir l'organisme, dans un communiqué en fin de journée, mardi.

Avec les informations de la journaliste Catherine Lanthier