DIVERTISSEMENT
30/05/2017 02:20 EDT

Gala Québec Cinéma: Alexandre Goyette se «câli...» de ne pas être en nomination

Paméla Lajeunesse

C’a été l’une des plus grandes surprises lors du dévoilement des nominations du Gala Québec Cinéma, au début du mois d’avril : le film King Dave, réalisé par Podz et scénarisé et interprété par Alexandre Goyette, d’après la pièce de théâtre créée par celui-ci en 2005, ne brille à peu près nulle part au tableau d’honneur de la grande fête annuelle du septième art d’ici, si ce n’est d’une seule mention dans la catégorie des Meilleurs effets visuels.

Ni Podz, ni Alexandre Goyette, ni le directeur photo Jérôme Sabourin, ni le directeur artistique André Guimond, ne sont cités pour leur boulot dans ce qui a certainement été l’une des plus admirables prouesses cinématographiques de la dernière année au grand écran québécois.

Pourtant, le long plan-séquence que constitue l’œuvre, filmé par Podz, et le jeu d’Alexandre Goyette, ont été encensés à peu près partout au moment de la sortie en salles du long-métrage, en juillet 2016. Projeté en ouverture du festival Fantasia l’été dernier, King Dave a également connu une certaine popularité aux guichets.

Plusieurs observateurs s’attendaient à ce que King Dave soit l’un des titres les plus plébiscités en vue de la remise des Prix Iris, nouveau trophée du Gala Québec Cinéma (anciennement Gala des Jutra).

Le HuffPost Québec a interrogé Alexandre Goyette à ce sujet. Que pense ce dernier du peu d’égards témoigné par Québec Cinéma au scénario qu’il a porté pendant des années, d’abord sur les planches, puis au cinéma?

«À part : je m’en câlisse?», a sifflé le principal intéressé, d’un air pensif.

«En toute honnêteté, ça ne m’était jamais arrivé, a rapidement enchaîné l’acteur. Il y a tellement de gens de l’industrie, de collègues, d’amis comédiens, qui m’ont dit : «C’est sûr que tu vas être en nomination». Et il y en a encore tellement plus qui m’ont dit : «C’est sûr que tu vas gagner». Et, à chaque fois, je disais : «Hum, ce n’est pas sûr…» Et là, je ne suis pas en nomination.»

Ignorer l’audace

Goyette insiste : il ne se fait pas de bile avec ce genre de concours, au final bien subjectifs. Il dit par contre avoir de la peine pour ceux et celles qui l’entouraient dans le périple King Dave.

«Pour vrai, moi, je m’en crisse. Parce que, pour moi, l’aventure de King Dave, du jour un jusqu’au dernier jour de tournage, c’a été incroyable. Ça n’a pas d’allure, ce qu’on a vécu! L’expérience du tournage, de ce plan-séquence, c’a été hallucinant. Ce qui m’attriste – et je l’ai écrit sur Facebook –, c’est que le travail de Podz, de Jérôme Sabourin, de Michel Lecoufle au son, d’André Guimond à la direction artistique, ne soit pas reconnu. Ça, ça me fait capoter, et je trouve que c’est un peu petit.»

«King Dave, à la limite, que tu aimes ou pas, on s’en fout. Mais c’est un projet original, audacieux, et ce n’est pas souligné. Alors, je trouve qu’on n’encourage pas l’audace et l’originalité, justement. Et je trouve ça dommage.»

Qui plus est, aux yeux d’Alexandre Goyette, les célébrations d’octroi de trophées revêtent un caractère bien ironique; lui-même en est une preuve flagrante.

«Ce qui est très drôle, c’est qu’au théâtre, en 2005, j’étais en nomination au Gala des Masques comme Meilleur interprète masculin et pour le Meilleur texte original, pour King Dave. Tout le monde me disait : «C’est sûr que tu ne gagneras pas!» Et j’ai gagné dans les deux cas. Alors, je me dis qu’hostie que c’est drôle, la vie. C’est drôlement fait. Ça ne se passe jamais où on l’attend, comme on l’attend.»

On saura dans quelques semaines si Alexandre Goyette figurera au nombre des finalistes du Gala des Prix Gémeaux, après sa magistrale performance dans la série Feux, de Serge Boucher. Encore une fois, les pronostics sont de son côté, et de ceux de sa partenaire, Maude Guérin, qui vient d’ailleurs de remporter une statuette au Gala Artis. Mais les décideurs de galas ont leurs raisons… Que le milieu culturel et le public, souvent, ne connaissent pas!

«Je ne fais pas ce métier-là pour ça, répond Alexandre Goyette, lorsqu’on évoque les Gémeaux avec un sourire. Quand ça arrive, je suis bien content. Si ça arrive, tant mieux. Et si ça n’arrive pas, je m’en câlisse. Mais ça ne veut pas dire que, si ça arrive, je vais m’en câlisser. Si ça arrive, je vais être vraiment content, je vais savourer chaque seconde, ça va être trippant. Mais, si ça n’arrive pas, il ne manquera rien à ma vie. Ça, ce n’est pas du crémage sur le gâteau, c’est un excédent de coulis au caramel sur le crémage. C’est plus que du crémage…»

Alexandre Goyette sera prochainement de la distribution de la fiction Le siège, à Radio-Canada, en plus de se joindre à celle de L’Échappée, à TVA. On apprenait de surcroît également qu’il sera bientôt papa pour une deuxième fois.

Pour tout savoir sur le 19e Gala Québec Cinéma, qui aura lieu dimanche, consultez notre dossier complet ici.

LIRE AUSSI :

» Gala Québec Cinéma 2017: tout ce qu'il faut savoir

» Édith Cochrane et Guylaine Tremblay à la tête du Gala Québec Cinéma

À voir également :

Galerie photoGala du cinéma québécois 2016: les photos du tapis rouge Voyez les images