NOUVELLES
30/05/2017 05:42 EDT

Élection dans Gouin : pour en finir avec l'alliance PQ-QS

Avec presque 70 % des voix, Gabriel Nadeau-Dubois, le co-porte-parole de Québec solidaire, fera son entrée avec toute la légitimité possible à l'Assemblée nationale.

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi info

L'expression du suffrage universel devrait mettre fin à toute controverse, d'autant que le résultat de l'élection partielle de Gouin est incontestable.

Même avec un taux de participation qui est proche du tiers des voix – c’est dans la moyenne pour une partielle –, presque sept électeurs sur dix ont voté pour lui. Voilà qui est un mandat sans équivoque, même en admettant que le Parti québécois n’ait pas présenté de candidat.

Ce résultat devrait mettre fin à cette chicane PQ-QS, qui était sur le point d’être assimilée à l’adage que citait souvent Jacques Parizeau : « Tout ce qui est exagéré devient insignifiant. » Le comble ayant sans doute été atteint vendredi dernier, quand le chef péquiste, Jean-François Lisée, a attribué le rejet de la main tendue du PQ en vue d’une alliance électorale à un sombre « politburo » de QS.

Ce qui pose la question : Si QS est dirigé par de si déplorables individus, pourquoi le PQ voulait-il tant faire alliance avec eux? Pensait-il vraiment qu’il fallait s’appuyer sur de tels partenaires?

Il en est de même de la « trahison » de QS qui serait revenu sur sa signature sur un texte intitulé « Proposition de travail sur une modalité commune d’accession à l’indépendance ». Ce qui, admettons-le, est un titre bien ordinaire pour un texte soudainement promu au rang de Magna Carta de la souveraineté. Surtout qu’en tout état de cause, il ne pourrait entrer en vigueur qu’après les élections québécoises de 2022.

OUI-Québec

La proposition émanait du groupe OUI-Québec, un lieu de discussion qui veut coordonner le travail des forces souverainistes, mais qui n’est ni une instance ni une sorte de comité du Oui avant la lettre.

La constitution de OUI-Québec prévoit même spécifiquement que sa « mission est de servir de lieu de concertation, en tout respect pour l’autonomie et les priorités des organisations ».

Bref, on est loin d’un groupe dont les décisions sont exécutoires et contraignantes pour les partis membres.

Par ailleurs, on admettra facilement que l’entente électorale proposée par le PQ était bien loin d’être à l’avantage de QS.

D’abord parce que, dans l’histoire, toutes ces ententes ont été à l’avantage des gros et défavorables aux petits partis. On peut remonter à l’Action libérale nationale, bouffée tout rond par la nouvelle Union nationale de Maurice Duplessis. Ou plus récemment par les Libéraux démocrates britanniques qui sont sortis presque morts de leur alliance avec les conservateurs de David Cameron.

De plus, il n’y avait aucune garantie que le report de voix, en cas d’absence d’un candidat péquiste, se ferait sur Québec solidaire et pas ailleurs. En fait, les militants de gauche et syndicaux de QS auraient été bien plus susceptibles d’accepter les consignes de vote de leur « politburo » que des électeurs péquistes, notoirement indisciplinés.

Du point de vue de QS, cette alliance avait toutes les chances d’être à sens unique au seul avantage du PQ.

La méfiance

De toute façon, ce qui a influencé le vote des délégués au congrès de Québec solidaire n’avait que peu à voir avec ces considérations. Cette décision portait sur une méfiance très assumée des militants de QS contre un Parti québécois qu’ils voient comme changeant d’idée selon les modes et les stratégies.

Aujourd’hui, M. Lisée dit que « voter bleu, c’est voter vert » et que seul le PQ peut empêcher la construction du pipeline Énergie Est. Mais les députés péquistes qui siègent aujourd’hui à l’Assemblée nationale ont été élus avec un programme qui voulait permettre l’exploration, puis l’exploitation du pétrole sur l’île d’Anticosti. On n’a pas entendu les députés actuels du PQ se dissocier de cet élément de leur plateforme.

Aujourd’hui, M. Lisée dit que son parti est « le rempart contre l’austérité ». Mais il a été élu, comme tous ses collègues, avec un programme qui préconisait l’atteinte du déficit zéro, tout comme le PLQ et la CAQ. On n’a pas non plus entendu les députés actuels du PQ se dissocier de cet élément des engagements électoraux sur lesquels ils ont été élus.

On ne parle pas ici d’histoire ancienne, on parle de la dernière campagne électorale. Avant de parler de la trahison des autres, il y en a qui devraient peut-être se demander qui a trahi qui.

C’est, en tout cas, ce que semblent penser les électeurs de Gouin.