NOUVELLES
30/05/2017 04:57 EDT

Des cuisines de rue rouleront à Edmundston

La Ville d'Edmundsont affirme que nombreux ont été ses résidents à réclamer la cuisine de rue. C'est pourquoi elle a lancé un projet pilote qui doit débuter cet été.

La Ville d’Edmundston mettra à l’essai son projet pilote de cuisine de rue les lundis et mardis, entre juin et octobre.

L’objectif est de faire découvrir les saveurs locales et d’attirer les touristes lors de la saison haute.

S’ils veulent avoir pignon sur rue, les propriétaires de cuisines roulantes devront se procurer un permis.

Le lundi, les camions se réuniront à la marina Fraser du parc du Petit-Sault et le mardi à la Place de l’Hôtel-de-ville.

« Les ‘food trucks’ sont aujourd’hui une tendance urbaine importante », indique la Ville d’Edmundston dans l’une de ses communications. La municipalité estime que cette initiative permettra entre autres « d’ajouter de la vie dans les centres-villes » et peut-être de « donner naissance à de nouveaux commerces ».

« Nous avons hâte de voir le résultat du projet, a indiqué la directrice de l’Office du tourisme d’Edmundston-Madawaska, Joanne Bérubé-Gagné, nous sommes convaincus que l’arrivée des véhicules-cuisines [...] sera un excellent complément à tout ce qui se fait déjà très bien dans le domaine culinaire ici. »

Deux villes, deux approches

Contrairement à Edmundston, la Ville de Campbellton, elle, refuse catégoriquement les véhicules-cuisines dans ses rues. Pour se prémunir que des camions de rue se stationnent à Campbellton, la municipalité donne des contraventions de 500 $ l'heure, jusqu'à concurrence de 5000$ (10 heures).

Jariya et Randy O'Brien l'ont appris à la dure. Ces propriétaires d'un restaurant et de deux camions-cuisines déplorent ne pas pouvoir profiter du marché et offrir leurs mets asiatiques aux résidents de Campbellton.

Jariya O'Brien souligne que la situation est semblable à Atholville, où elle ne veut pas non plus risquer de se voir imposer l'amende quotidienne qui y est fixée à 250 $.

La mairesse de Campbellton explique de son côté que cette réglementation existe pour protéger les entreprises et commerces locaux.