NOUVELLES
30/05/2017 04:34 EDT | Actualisé 30/05/2017 04:36 EDT

Construction résidentielle: la majorité des chantiers sont déjà rouverts mardi

Avant même le retour au travail prescrit pour mercredi par la loi spéciale dans la construction, des ouvriers avaient recommencé à s'activer, mardi, dans des chantiers résidentiels, indique l'APCHQ.

"Il y a des chantiers qui avaient continué à opérer (pendant la grève). Pour ceux qui n'avaient pas continué à opérer, ils sont en opération pour la très forte majorité aujourd'hui (mardi)", a rapporté au cours d'une entrevue François-William Simard, vice-président au développement stratégique et aux communications à l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ).

Ces chantiers de construction résidentielle ont donc rouvert quelques heures après l'adoption, la nuit précédente, de la loi spéciale qui imposait pour mercredi le retour au travail des 175 000 ouvriers de la construction.

La grève aura donc duré au total sept jours, occasionnant certes des délais, mais rien de dramatique, a rapporté M. Simard, qui représente la partie patronale du secteur de la construction résidentielle.

Avant l'entrevue, il a tâté le pouls des sections régionales de l'APCHQ et personne ne lui a rapporté de cas de gens qui se retrouveraient sans leur maison, momentanément, parce que celle-ci ne serait pas prête à temps.

"L'information qu'on a, c'est que: oui, il peut y avoir des délais, c'est un impact qui est tout à fait normal avec une grève. Ce qu'on sait également, c'est que pour les entrepreneurs, le mot qui a été donné, c'est qu'ils vont tout faire pour pouvoir récupérer les délais. Ça n'a quand même pas été une longue grève", a objecté M. Simard.

"Si ça avait été plus long... il y a des chantiers qui n'opéraient pas du tout depuis une semaine et ça, ça (aurait pu avoir) des conséquences dramatiques. Mais pour le moment, il n'y a pas d'histoire comme ça qui a été rapportée, étant donné la grève qui a été courte", a indiqué M. Simard.

Dans bien des cas, les délais dus à la grève auront causé des retards dans la finition de la maison ou l'esthétique, qui n'empêcheront pas de prendre possession de la maison.

"Mais si on était par exemple à deux ou trois semaines de la livraison de la maison, ça se peut qu'il y aurait encore des étapes très cruciales à faire, donc que le chantier ne serait pas habitable", a-t-il ajouté.

M. Simard estime qu'il vaut mieux vérifier avec chaque entrepreneur, car chaque dossier de client est différent, a-t-il rappelé.

LIRE AUSSI:

» Construction: l'Alliance syndicale annonce qu'il y a grève générale illimitée (VIDÉO)

» Grève de la construction: Philippe Couillard déposera une loi spéciale lundi s'il n'y a pas d'entente (VIDÉO)