NOUVELLES
30/05/2017 04:08 EDT | Actualisé 30/05/2017 04:20 EDT

C1 - Juventus/Real Madrid - Paolo Montero à l'AFP: "Zidane est touché par la grâce"

"Zidane est touché par la grâce (...) il mérite son succès, aujourd'hui il démontre qu'il est un grand entraîneur", confie à l'AFP l'Uruguayen Paolo Montero, ancien coéquipier de Zizou à la Juventus.

L'actuel entraîneur de Rosario Central se souvient de la finale Juve-Real de 1998, évoque Buffon et parle du foot en Argentine.

Q: Quel souvenir gardez-vous de la finale Juventus-Real Madrid de 1998 (0-1)?

R: "Nous étions tous les deux favoris. Le Real Madrid avait une grande équipe: Roberto Carlos, Hierro, Fernando Redondo, Raul. La rencontre a été très équilibrée et s'est jouée sur un rien. Sur un tir contré, ils ont marqué (but de Mijatovic). C'est un triste souvenir, car nous n'avons pas pu gagner, mais l'histoire démontre que le Real est fait pour les finales".

Q: Une nouvelle finale de C1 contre le Real Madrid, c'est une revanche pour la Juve?

R: "La Juve est très forte défensivement, et je la vois aussi très efficace, elle peut marquer, même si elle n'a pas beaucoup d'occasions. Elle a la chance d'avoir Buffon. Si contre Barcelone à Turin, ou à Barcelone, la Juve avait eu un gardien normal, la rencontre se terminait d'une autre manière. Ce n'est pas pour rien qu'il est considéré comme une des meilleurs gardiens de tous les temps. Et pour toute sa carrière, une victoire serait la cerise sur le gâteau. Buffon le mérite (il n'a jamais gagné la C1, ndlr)".

Q: Quelles chances donnez-vous à la Juve?

R: "Elle peut être championne d'Europe. En finale, c'est difficile de parler de favoris mais je crois que c'est le moment de la Juve. J'ai beaucoup d'affection pour Zidane, mais la Juventus, cela représente beaucoup pour moi".

Q: Quel souvenir gardez-vous de Zidane?

R: "Zidane est touché par la grâce. Comme joueur, c'était le meilleur partenaire que j'ai eu. Comme personne, c'est un des hommes les plus simples et plus humbles que j'ai connu. Dans la vie et à la Juventus, j'ai appris que les meilleurs sont les plus humbles, ceux qui s'entraînent le plus, ceux qui partagent le plus. Il n'utilise pas le +je+, mais le +nous+. Il mérite son succès, aujourd'hui il démontre qu'il est un grand entraîneur, c'est déjà sa deuxième finale (de C1 comme entraîneur), ou la troisième si on compte celle qu'il a disputée comme adjoint d'Ancelotti. Tout ce qu'il a réussi... Et il reste le même, il n'a changé en rien. Ce genre de personne me ravit".

Q: Zidane, comme d'autres ont tenté des Panenka en finale, c'est une folie?

R: "La Panenka de Zidane en finale, c'était de la folie. Ceux qui la tente, sont des hommes de grand courage, et plus encore dans le cas de Zidane, car c'était la finale du Mondial. L'inconscience aide, dans le football, tu gagnes parfois grâce aux rebelles et aux inconscients. Aux rusés et aux vaillants".

Q: Vous vous plaisez en Argentine?

R: "Dans le football argentin, je me sens bien, il y a beaucoup de pression, mais je le prends de manière positive. Ici, tu te fabriques une carapace. J'ai eu la chance de jouer en Europe, la pression là-bas, ça te fait rigoler par rapport à ce que tu peux vivre ici. Mais bon, c'est relatif. Celui qui a la pression c'est celui qui travaille 12 heures par jour et qui ne s'en sort pas".

bur-ap/pgr/dhe