POLITIQUE
29/05/2017 03:12 EDT | Actualisé 29/05/2017 05:06 EDT

La FTQ veut nuire à la réélection des libéraux en 2018 (VIDÉO)

«Ce gouvernement-là n’est pas pro-travailleur, il est pro-patron. Alors il va nous trouver sur son chemin à un moment donné.»

QUÉBEC - Alors que les travailleurs de la construction seront forcés de revenir au travail avec une loi spéciale, le président de la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec lance un appel au boycott à peine masqué du Parti libéral du Québec en prévision des prochaines élections.

«Écoutez, on est encore à un an et demi de la prochaine élection. Une chose est certaine: ce serait vraiment difficile de se dire qu’on va appuyer le Parti libéral au moment où on se parle», a déclaré Daniel Boyer, président de la FTQ en entrevue avec le HuffPost Québec en marge de la manifestation à Québec.

«Ce gouvernement-là bafoue les droits fondamentaux des travailleurs et des travailleuses depuis des mois et a saccagé nos services publics. Ce gouvernement-là n’est pas pro-travailleur, il est pro-patron. Alors il va nous trouver sur son chemin à un moment donné.»

Un travailleur de la construction à la manifestation à Québec

Plusieurs centaines de travailleurs étaient présents à l’extérieur du Parlement pour manifester leur indignation face au retour au travail forcé dès le 31 mai. La loi spéciale déposée par le gouvernement Couillard, qui met fin à leur grève, devrait être adoptée dans la nuit de lundi à mardi.

L’escouade antiémeute était aux abords du Parlement en cas de grabuge, mais il n’y a finalement pas eu de confrontation entre les manifestants et les policiers.

Le porte-parole de l’Alliance syndicale, Michel Trépanier, a toutefois senti le besoin de lancer un appel au calme alors que les esprits s’échauffaient en début d’après-midi.

Devant les journalistes, M. Trépanier a présenté une position plus modérée que M. Boyer quant au boycott des libéraux en 2018. «On n’en est pas là, a-t-il dit. Je pense qu’il doit avoir du bon jugement, on a donné les bons arguments. On espère juste que dans le débat, il y aura des modifications au projet de loi.»

LIRE AUSSI :

» Les grévistes ont manifesté leur désaccord à Québec