POLITIQUE
29/05/2017 11:48 EDT

Guillaume Lemay-Thivierge animera le spectacle de la Fête nationale à Montréal

C’est Guillaume Lemay-Thivierge qui succédera à Louis-José Houde à l’animation du grand spectacle de la Fête nationale à Montréal, le vendredi 23 juin prochain, sur la Place des Festivals.

Autour de lui seront réunis Claude Dubois, Robert Charlebois, Charlotte Cardin, Philippe Brach, Patrice Michaud, La Bronze, Gardy Fury, Émily Bégin, l’artiste innu Shauit et le groupe Alaclair Ensemble.

Les célébrations de la Fête nationale font déjà partie du bagage professionnel de Guillaume Lemay-Thivierge, puisque l’inarrêtable comédien a été aux commandes du happening du 23 juin sur les plaines d’Abraham, à Québec, de 2008 à 2010. À l’époque, c’est Guy A.Lepage qui était à la barre du pendant montréalais, un mandat que le timonier de Tout le monde en parle a rempli pendant cinq ans, de 2009 à 2013.

«Les artistes ont souvent envie d’être dans les deux spectacles, indique Guillaume Lemay-Thivierge, à propos de cette «dualité Montréal-Québec». Québec, c’est les plaines d’Abraham. C’est le début, c’est vieux, c’est symbolique. Je me souviens avoir dit, à ce moment, que 400 ans plus tard, après avoir perdu la guerre, on parle toujours français. C’est exceptionnel, dans une Amérique du Nord envahie d’anglophones.»

«Aujourd’hui, de fêter le 375e anniversaire de Montréal, à Montréal, encore avec la Fête nationale, j’ai vraiment l’impression de frapper un coup de circuit, dans ma fierté personnelle du Québec, des Québécois, de toutes nationalités qu’ils soient.»

De tous les styles

«De toutes nationalités qu’ils soient» : Guillaume Lemay-Thivierge n’aurait su si bien dire, le spectacle de la Fête nationale étant de plus en plus représentatif du Québec d’aujourd’hui, métissé et diversifié culturellement. Or, le meneur des troupes soutient qu’on n’entendra pas de chansons en anglais à la Place des Festivals le 23 juin.

«C’est aussi important d’intégrer et d’accueillir que de se faire respecter par rapport à l’accueil qu’on a pour les gens, souligne celui qui dit ne pas avoir peur des mots, ou peur d’appeler un chat, un chat. Je pense que c’est un échange qui doit se faire à 50-50. Cela dit, ça ne sera pas un show politisé, ça sera plutôt très rassembleur. On veut que le party lève, dans tous les styles de musique.»

Entre autres surprises, on aura droit à un numéro original concocté par Guillaume et sa douce, Émily Bégin. Un segment «à [leur] couleur», a spécifié l’amoureux, qui ira plus loin que la simple chanson. «Avec tout ce qu’on aime, nos passions dans la vie», a relevé Guillaume.

Quant au discours patriotique, il sera livré sous forme de collectif. Des citoyens raconteront leur propre expérience en tant que Québécois, accompagnés d’une trame sonore constituée d’une chanson coup de chapeau aux régions. Une façon de ne pas concentrer le plaisir uniquement autour du 375e anniversaire de Montréal.

Souverainiste assumé, Guillaume Lemay-Thivierge estime toutefois que la tribune qu’est la Fête nationale n’est pas le bon véhicule pour causer politique. Oubliez la controverse : non, il ne profitera pas de sa position pour partager ses convictions.

«Ce n’est pas l’endroit pour être politisé. On veut rassembler. On a trop souvent associé la politique à la Fête nationale. Mais la Fête nationale, c’est une façon de faire une trêve, une pause et, selon moi, les représentants de tous les partis politiques devraient toujours faire un message commun à cette occasion.»

Pour tout voir

Le festif concert débutera à 21h, mais les curieux qui auront envie de jeter un œil aux premiers préparatifs pourront aller fouiner devant la grande scène érigée au coin des rues Jeanne-Mance et De Maisonneuve dès 13h, et ainsi assister à la répétition générale, sous les ordres du metteur en scène et réalisateur Pierre Séguin et de la directrice musicale Julie Lamontagne.

Le soir même, un écran géant posté sur une scène de la rue Sainte-Catherine retransmettra l’action en direct. Comme de coutume, la fête sera ensuite diffusée à la télévision, à Radio-Canada, le 24 juin, à 20h, et relayée en simultané à Rythme FM et à CKOI. On pourra aussi revivre l’événement via Tou.tv jusqu’au 24 juillet.

Il s’agira de la troisième édition de la Fête nationale à se déployer au Quartier des spectacles, après la dynastie du parc Maisonneuve qui aura duré pendant plusieurs années.

C’est essentiellement pour des raisons économiques que le Comité de la Fête nationale de la Saint-Jean a déménagé son traditionnel rassemblement, en 2015, afin de pouvoir profiter des installations des FrancoFolies et du Festival international de jazz, la date de la Fête nationale tombant tout juste entre les deux festivals.

On a aussi opté pour le 23 juin au lieu du 24, pour permettre aux citoyens de profiter pleinement de leur congé férié, ce qui implique que le spectacle de Montréal a lieu en même temps que celui de Québec, sur les plaines d’Abraham.

Quant à Louis-José Houde, l’humoriste révélait, le 10 mai dernier, qu’il devait renoncer, à regret, à son rôle de maître de cérémonie de la Fête nationale à Montréal, en raison de son horaire trop chargé.

La semaine dernière, le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ) dévoilait la programmation de ses rendez-vous de quartiers honorant la 183e Fête nationale, annonçait l’identité de son nouveau porte-parole, Michel Rivard, et lançait sa thématique 2017, «Québec, emblème de notre fierté».

Plus de détails sur le spectacle de la Fête nationale à Montréal et ses activités affiliées sont disponibles sur le site officiel.

D’autres activités soulignant la Fête nationale

Le traditionnel défilé

Sous le thème «Il était une fois…», l’habituel défilé de la Fête nationale, le 24 juin, se mettra en branle au coin des rues Boucher (au nord de l’avenue Laurier) et Saint-Denis, sur le coup de 13h, et longera cette dernière sur une distance de 2,4 km, jusqu’à la rue de Rigaud (au nord de la rue Sherbrooke, tout près du Square Saint-Louis).

Pour une troisième année consécutive, c’est Joël Legendre qui mettra en scène la parade, laquelle se façonnera de quinze tableaux racontant l’histoire du Québec, enjolivés par le scénographe Éric Noguès. Conteurs et autres amuseurs relateront différents chapitres importants de l’évolution de la Belle Province, des Premières nations jusqu’à l’ère contemporaine. On rendra par ailleurs hommage à des figures pionnières d’ici, qui ont fait rayonner le Québec et Montréal à l’échelle internationale, et on recréera des chars allégoriques du passé.

Plus de 1600 participants prendront part à cette marche ludique et colorée, qui sera en outre agrémentée d’une prestation d’Annie Villeneuve. Celle-ci interprétera un morceau de Gilles Vigneault, qu’on tient à garder secret pour l’instant.

Ceux et celles qui ne pourront admirer la procession en temps réel auront le loisir de se reprendre devant leur petit écran le même jour, puisque Radio-Canada présentera le défilé sur ses ondes, le 24 juin, à 17h, puis sur Tou.tv jusqu’au 24 juillet.

Les fêtes de quartiers

À Montréal, à Laval et partout en région, les occasions de festoyer seront nombreuses les 23 et 24 juin. Au total, 101 fêtes de quartiers sont au programme pour permettre aux Québécois de lever leur verre et de s’éclater en famille à la santé de «leur» Québec. Artistes invités, spectacles, feux d’artifice, feux de joie, conteurs et poètes, ateliers de bricolage et autres attractions pour tous seront au menu. Toute l’offre des fêtes de quartiers peut être consultée sur le site officiel.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La fête nationale 2016 à Montréal Voyez les images