NOUVELLES
29/05/2017 09:13 EDT

On a découvert une bactérie sur l'ISS qui n'existe pas sur Terre et pourrait nous aider à vivre dans l'espace

1971yes via Getty Images
Astronaut in space above the clouds of the Earth..

Une forme de vie primitive, microscopique, découverte à bord de la Station spatiale internationale et qui n'existe pas sur Terre. Voilà qui fait penser au film "Life", sorti récemment au cinéma et qui raconte la rencontre avec une vie extraterrestre plutôt hostile.

Sauf que c'est une bactérie bien réelle qui a été découverte à bord de l'ISS par une équipe de scientifiques de la Nasa, comme l'a rapporté The Hindu dimanche 21 mai. Les chercheurs l'ont baptisé Solibacillus kalamii, en l'honneur de l'ancien président indien Abdul Kalam, qui a mis en place le premier pas de tir du pays (et a donné à l'Inde l'arme nucléaire).

Nous n'avons pour autant pas affaire à une forme de vie extraterrestre, selon Kasthuri Venkateswaran, l'auteur principal de l'étude. "Je suis raisonnablement certain qu'elle a fait du stop vers la station spatiale à bord d'un des cargos de ravitaillement et a réussi à survivre aux conditions hostiles de l'espace", précise-t-il.

Vide en évolution

Les chercheurs ont fait cette découverte en analysant un filtre à air qui a été utilisé pendant 40 mois sur l'ISS. En 2015, ils avaient déjà publié une étude montrant que de nombreuses bactéries terriennes étaient présentes sur la station.

A des niveaux "problématiques", car certaines sont connues pour facilement muter, au fur et à mesure des générations, pour devenir des agents pathogènes. Or, Thomas Pesquet et ses collègues n'ont pas vraiment envie de tomber malades à 400 km de la Terre.

Solibacillus kalamii a semble-t-il évolué à partir de bactéries existantes sur Terre. Mais même si elle est génétiquement semblable à trois cousines à plus de 98%, la bactérie de l'ISS n'a jamais été observée sur Terre, précisent les chercheurs dans une étude publiée en avril dans la revue Ijsem.

Et c'est une bonne nouvelle. Car "ces générateurs de spores ont tendance à résister à des radiations élevées et produisent des composés qui peuvent être utiles pour des applications biotechnologiques", précise Kasthuri Venkateswaran.

Des recherches complémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre cette bactérie, mais le chercheur pense qu'elle pourrait nous permettre de trouver un moyen de se protéger des radiations spatiales, ces rayons cosmiques qui voyagent dans le vide stellaire et sont 100 fois plus puissants que sur Terre. Ceux-ci sont suspectés de provoquer de nombreux dégâts sur l'homme. C'est d'ailleurs l'un des principaux obstacles à de longues missions spatiales habitées, notamment vers Mars.

LIRE AUSSI :

» Découverte de 40 nouveaux gènes associés à l'intelligence

» L'expansion de l'Univers enfin expliquée?

» Les beaux scientifiques jugés plus intéressants... mais moins crédibles!

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La Terre vue de la Station spatiale internationale Voyez les images