NOUVELLES
26/05/2017 08:29 EDT | Actualisé 26/05/2017 08:40 EDT

Monténégro: l'image de Trump écartant le Premier ministre ravit les anti-Otan

L'image du président américain écartant sans ménagement le Premier ministre du Monténégro jeudi lors du sommet de l'Otan à Bruxelles, ravissait vendredi les opposants à l'adhésion à l'Alliance de ce pays des Balkans.

Dusko Markovic a participé au sommet de l'Otan, dont son pays devrait devenir officiellement le 29e membre le 5 juin. Sur les images regardées des dizaines de milliers de fois sur les sites d'information monténégrins, on le voit deviser avec d'autres responsables, quand survient Donald Trump qui l'écarte sans ménagement de la main pour lui passer devant.

L'ancien Premier ministre "Milo Djukanovic et (son successeur) Dusko Markovic martèlent depuis des années que le Monténégro sera un membre de l' Otan égal aux autres, respecté, que le pays sera à la table où les décisions sont prises etc... Nous avons vu ce qu'en pense le président d'une puissance mondiale", a ironisé Jovan Vucurovic, porte-parole du Front démocratique, principal mouvement d'opposition monténégrin (prorusse).

"Je ne l'ai même pas remarqué", avait réagi jeudi Dusko Markovic, cité par les médias monténégrins. "J'ai vu les réactions sur les réseaux sociaux. C'était une situation innocente". "Mais puisque les journalistes ont chacun leur compréhension de cet événement, je souhaite dire qu'il est naturel que le président des Etats-Unis soit au premier rang, qui lui revient", selon le responsable.

"Le problème n'est pas ce qu'a fait Trump", a dit Jovan Vucurovic, sollicité par l'AFP. "Le fait que Markovic s'excuse et cherche humblement à justifier le fait qu'il a osé se trouver à un endroit qui, comme il le dit lui-même, n'est pas le sien, est plus important", a-t-il poursuivi.

L'adhésion à l'Otan rencontre une forte opposition parmi les 600.000 habitants de ce pays majoritairement slave et orthodoxe, qui, comme la Serbie à laquelle il était alors associé au sein de ce qui restait de l'ex-Yougoslavie, avait été la cible de bombardements de l'Otan en 1999.

En 2015, l'annonce de cette adhésion avait entraîné de violentes manifestations. Et les autorités accusent un groupe de militants prorusses, la plupart serbes, d'avoir fomenté un coup d'Etat en octobre 2016, pour faire pièce à ce projet.

Sollicité par l'AFP, l'expert en communication Radoje Cerovic, pense que l'image peut avoir un effet bénéfique: "Désormais, il y a beaucoup plus de personnes que prévu à avoir entendu parler du Monténégro, de son Premier ministre et de son adhésion à l'Otan".

str-mat-ng/gde