NOUVELLES
26/05/2017 09:23 EDT | Actualisé 26/05/2017 10:22 EDT

Le présumé pirate de Yahoo contestera le refus d'un juge de le libérer

Un Canadien accusé à la suite du piratage massif de courriels de Yahoo retournera en cour, le mois prochain, pour contester la décision d'un juge qui n'avait pas voulu lui accorder de libération sous caution.

Le juge Alan Whitten de la Cour supérieure de l'Ontario a déclaré le mois dernier que Karim Baratov risquait de prendre la fuite en raison de ses moyens financiers et de sa capacité à offrir ses services n'importe où à travers le monde.

Le juge Whitten a aussi indiqué qu'il ne croyait pas que les parents du jeune homme de 22 ans seraient de bons superviseurs parce qu'ils avaient fermé les yeux sur les activités présumées de leur fils pendant qu'il vivait sous leur toit.

Les avocats de la défense ont pour leur part soutenu que les allégations contre leur client étaient exagérées et que celui-ci n'était pas aussi riche et ne possédait pas un aussi bon réseau que ce qui avait été avancé. Karim Baratov doit retourner en cour pour contester la décision le 5 juin, ont-ils ajouté.

Le présumé pirate a été arrêté en vertu de la Loi sur l'extradition, après que les autorités américaines l'eurent inculpé — en compagnie de trois autres personnes, dont deux seraient des agents du renseignement russes — pour piratage informatique, espionnage économique et d'autres crimes.

La brèche chez Yahoo a touché au moins un demi-milliard de comptes de courriel, mais les accusations contre Karim Baratov ne touchent que 80 d'entre eux.

Le jeune homme découvrira également à la mi-juin à quel moment commencera son audience en matière d'extradition. Il est passible d'une peine allant jusqu'à 20 ans de prison s'il est reconnu coupable aux États-Unis.

L'un de ses avocats, Amedeo DiCarlo, a fait remarquer qu'il n'avait toujours pas reçu la divulgation de la preuve de la part des autorités américaines et de la Gendarmerie royale du Canada.