NOUVELLES
26/05/2017 09:25 EDT | Actualisé 26/05/2017 15:48 EDT

Ferrari nourrit l'ambition d'obtenir une première victoire à Monaco depuis 2001

MONACO — Après avoir comblé l'écart avec la puissante écurie Mercedes lors d'une saison où la compétition est serrée, Ferrari nourrit une autre ambition: Gagner le Grand Prix de Monaco, dimanche.

La traversée du désert du constructeur italien à Monaco remonte à la victoire de Michael Schumacher en 2001, et le quadruple champion du monde Sebastian Vettel est déterminé à y mettre un terme.

«Je dirais qu'il est temps que Ferrari gagne de nouveau ici, a déclaré Vettel, qui totalise 44 victoires en carrière.

«Si vous pouviez avoir la liberté de choisir une course au calendrier que vous voudriez gagner, ce serait sans aucun doute Monaco. Posez la question dans le paddock et vous obtiendrez la même réponse.»

Schumacher, qui a gagné un record de sept titres mondiaux et 91 courses, a également triomphé dans la Principauté au volant d'une Ferrari en 1997 et 1999.

Vettel s'est imposé à Monaco en 2011, lorsqu'il s'alignait pour Red Bull. Il a terminé quatrième ici avec Ferrari l'an dernier tandis que son coéquipier Kimi Raikkonen n'a pas complété la course. En 2015, l'année où il s'est joint à Ferrari, Vettel avait pris le deuxième rang et Raikkonen le sixième.

Ferrari a progressé cette année et, avec une fiabilité accrue, parvient à faire jeu égal avec Mercedes, qui a remporté les trois derniers titres tant chez les pilotes et que chez les constructeurs.

Après cinq courses, Vettel mène le championnat, six points devant son rival Lewis Hamilton de Mercedes, tandis que Ferrari précède Mercedes de huit points au championnat des constructeurs.

Mais Ferrari est peut-être un peu plus rapide que Mercedes cette année, et cette pression accrue a entraîné des erreurs inhabituelles.

Pendant la deuxième séance d'essais libres jeudi, Mercedes a commis une erreur en effectuant le choix douteux d'opter pour les gommes ultra-tendres. Cette décision a permis à Ferrari de terminer la séance en tête, Vettel signant le meilleur chrono et Raikkonen le troisième.

«Ici plus qu'ailleurs, il est important de partir en avant sur la grille, a reconnu Vettel. Je ne compte pas Mercedes pour battu. Je suis sûr qu'ils seront de retour plus fort samedi (pour la séance de qualifications).»

La plus grande fiabilité de Ferrari convient parfaitement à Vettel. Le pilote allemand est très constant si la voiture lui permet de l'être — comme c'était le cas lorsqu'il a remporté quatre titres consécutifs avec Red Bull. Mais il s'exaspère rapidement lorsque la voiture le laisse tomber, comme cela a souvent été le cas l'année dernière.

On n'a pas encore eu droit à des tirades de Vettel lors de ses communications radio avec l'équipe. Il s'est classé parmi les deux premiers des cinq courses, triomphant en Australie et à Bahreïn.

«Le rythme sur un seul tour est très prometteur, a déclaré Vettel. L'objectif est d'être plus rapide.»

Vettel a définitivement retrouvé sa confiance, ainsi que son panache au volant.

Au Grand Prix d'Espagne il y a deux semaines, il était ralenti par la Mercedes de Valtteri Bottas et il ne pouvait trouver une façon de le doubler. Il a donc essayé un dépassement comme à sa belle époque en karting; une feinte de mouvement de droite à gauche, puis il est rapidement retourné à droite pour doubler Bottas à l'intérieur.

Il est très peu probable que l'on assiste à ce genre de manoeuvre dimanche, compte tenu que l'étroit et sinueux circuit de ville de Monaco est sans doute le plus difficile de la F1 pour effectuer un dépassement. Les pilotes frôlent les barrières de sécurité et les voitures plus larges de cette année rendent l'aventure encore plus périlleuse.

«Ici, vous n'êtes pas entièrement le maître de votre propre sort, car beaucoup de choses peuvent se produire au fil d'une longue course, a reconnu Vettel, deux fois contraint à l'abandon au Grand Prix de Monaco. Gardons les doigts croisés.»