NOUVELLES
26/05/2017 07:10 EDT | Actualisé 26/05/2017 07:12 EDT

Les USA essaieront d'intercepter un missile balistique intercontinental

KCNA KCNA / Reuters
The long-range strategic ballistic rocket Hwasong-12 (Mars-12) is launched during a test in this undated photo released by North Korea's Korean Central News Agency (KCNA) on May 15, 2017. KCNA via REUTERS REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS IMAGE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. EDITORIAL USE ONLY. REUTERS IS UNABLE TO INDEPENDENTLY VERIFY THIS IMAGE. NO THIRD PARTY SALES. SOUTH KOREA OUT.

Les États-Unis essaieront la semaine prochaine d'intercepter un missile balistique intercontinental similaire à ceux que la Corée du Nord pourrait bientôt être en mesure de tirer en direction de l'Amérique du Nord.

Le test est prévu pour mardi. Un intercepteur lancé depuis un silo sous-terrain de la base aérienne de Vandenberg, en Californie, tentera de neutraliser un ICBM qui aura décollé de l'atoll de Kwajalein, dans le Pacifique.

Si tout se déroule comme prévu, l'intercepteur déploiera un "véhicule d'interception exoatmosphérique" (EKV) long d'environ 1,5 mètre dans la trajectoire de l'ICBM, loin au-dessus du Pacifique. L'EKV utilisera ensuite son système de guidage interne pour se diriger vers l'ICBM. La collision entre les deux devrait neutraliser le missile balistique intercontinental.

Le système "Ground-based Midcourse Defence" a comme ancêtre direct le projet "Guerre des étoiles" mis sur pied dans les années 1980 par le président Ronald Reagan pour contrer la menace soviétique.

La performance de l'intercepteur américain est toutefois mitigée, avec seulement neuf succès en 17 tentatives depuis 1999. Le plus récent test, en 2014, a été couronné de succès, mais seulement après trois échecs consécutifs. Un expert souligne que cette performance est d'autant plus décevante quand on sait que tout est mis en oeuvre pour maximiser les chances de réussite des tests.

Le Pentagone croit que ce n'est qu'une question de temps avant que la Corée du Nord ne dispose d'un ICBM dans son arsenal.

Le missile balistique utilisé lors du test de mardi volera plus rapidement que lors des tests précédents, mais il n'imite pas pour autant un éventuel ICBM nord-coréen.

LIRE AUSSI:

» Le «problème nord-coréen» sera résolu, assure Trump

» Les États-Unis déploient le système antimissiles THAAD en Corée du Sud

» Pyongyang tire un nouveau missile malgré les menaces de sanctions

VOIR AUSSI: