NOUVELLES
26/05/2017 00:56 EDT

Des étrangers combattent dans les rangs des islamistes aux Philippines, dit Manille

Des Indonésiens et des Malaisiens combattent dans les rangs des islamistes qui affrontent l'armée philippine sur l'île de Mindanao, déclare le procureur général de Manille.

Les autorités philippines ont lancé une vaste offensive dans la ville de Marawi, sur l'île de Mindanao, occupée depuis plusieurs jours par des rebelles liés au groupe armé État islamique.

Ce n'était auparavant qu'un groupe terroriste local. Mais ils ont depuis adhéré à l'idéologie de l’EI, a déclaré le procureur général José Calida lors d'une conférence de presse.

Le président Rodrigo Duterte a prévenu mercredi qu'il serait d'une sévérité absolue face à cette situation et que la loi martiale qu'il vient d'instaurer sur Mindanao pourrait rester en place durant un an si nécessaire.

Les combats à Marawi ont fait au moins 42 morts, 11 soldats et 31 rebelles du groupe Maute.

Selon José Calida, les rebelles du groupe Maute et l'EI entendent faire de Mindanao une province de l'EI et le gouvernement central de Manille n'est pas leur seule cible.

« Ceux qu'ils considèrent comme infidèles, qu'ils soient chrétiens ou musulmans sont également visés », a-t-il prévenu.

« Ce qui est préoccupant, c'est que l'EI a radicalisé un grand nombre de jeunes philippins musulmans », a ajouté le procureur général.

Le groupe Maute, qui a fait allégeance à l'EI, est accusé d'avoir commis des attentats à la bombe, dont un qui a fait 14 morts en septembre à Davao, ville dont Rodrigo Duterte a longtemps été le maire.