NOUVELLES
26/05/2017 13:43 EDT | Actualisé 26/05/2017 15:48 EDT

Des députés libéraux proposent d'amender la réforme controversée du DPB

OTTAWA — Des députés libéraux proposent des amendements qui permettraient au gouvernement de Justin Trudeau de se distancier de certains éléments controversés de son projet de réforme du chien de garde du budget fédéral.

Certaines dispositions du projet de loi concernant le Bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) ont fait l'objet de vives critiques après avoir soulevé des inquiétudes quant à l'indépendance de cette agence, dont la mission est de surveiller les dépenses du gouvernement.

Le DPB, Jean-Denis Fréchette, estime que les propositions les plus dérangeantes portent sur la limitation à sa capacité de produire des rapports de son propre chef, de même qu'à la possibilité pour les parlementaires de demander une estimation du coût de certaines mesures mises de l'avant par le gouvernement.

La proposition voulant que le DPB doive faire approuver son plan de travail annuel par les présidents des deux chambres fait également sourciller M. Fréchette.

Aux communes, des députés libéraux issus du Comité permanent des finances proposent maintenant des amendements pour retirer cette exigence de faire approuver le plan de travail annuel et pour élargir l'éventail des demandes que peuvent adresser les sénateurs et les élus au DPB.

L'agence non partisane est conçue pour scruter la gestion des finances publiques par le gouvernement.

Le premier ministre Justin Trudeau avait fait valoir que la proposition de réforme initiale mettrait encore plus de ressources à sa disposition afin de renforcer son autonomie.

Il avait tenu ces propos après que le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, l'eut accusé de «museler» le Bureau.

Face à la levée de boucliers suscitée par leur projet de loi, les libéraux se sont montrés ouverts à y apporter quelques ajustements.

La leader du gouvernement à la Chambre des communes, Bardish Chagger, a déclaré vendredi que ces amendements «constructifs» concrétiseraient encore davantage l'objectif d'un DPB indépendant et efficace.

Le projet de loi ferait du Bureau un «agent du Parlement indépendant» doté d’un accès plus large aux renseignements.