NOUVELLES
26/05/2017 12:21 EDT | Actualisé 26/05/2017 12:40 EDT

Attentat de Manchester: ce que l'on sait

Neuf personnes étaient en garde à vue en Grande-Bretagne vendredi dans l'enquête sur l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts à la sortie d'un concert pop et la police affirme avoir démantelé une "bonne partie" du réseau jihadiste autour du kamikaze, Salman Abedi.

Voici ce que l'on savait vendredi:

- Un réseau

Une "bonne partie" du réseau jihadiste révélé par l'attentat a été démantelée, selon la police britannique, qui dit avoir fait des progrès "immenses" dans l'enquête mais continue à explorer des pistes "importantes".

Le chef de la police de Manchester, Ian Hopkins, avait dit auparavant que l'enquête portait "clairement" sur un réseau autour du kamikaze, Salman Abedi, un Britannique d'origine libyenne.

La police britannique a interpellé onze personnes, la plupart dans la région de Manchester: deux ont été relâchées sans poursuites, neuf autres sont toujours en détention.

Dernière interpellation en date: un homme de 44 ans dans le quartier de Rusholme, au sud de Manchester.

- La bombe

Le New York Times a publié huit photographies montrant différentes parties: détonateur, batterie, fragments d'un sac à dos bleu ou encore morceaux de métal et vis.

Certains des composants "sont accessibles et faciles à trouver", explique à l'AFP Will Geddes, patron d'une entreprise spécialisée dans la sécurité.

Mais le "détonateur lui-même", une pièce métallique en forme de tube, "est quelque chose sur lequel il n'est pas facile de mettre la main sans éveiller les soupçons", dit-il.

Selon le New York Times, le détonateur contenait un petit circuit imprimé, et non pas un simple interrupteur comme c'est souvent le cas, suggérant un retardateur, voire même un récepteur pour un déclenchement à distance, ou une combinaison des deux.

"Il est clair que ça lui a été livré par un tiers", estime Will Geddes.

- Fuites de médias

Exaspérée par des fuites dans les médias américains, la Première ministre Theresa May a évoqué la question avec Donald Trump, afin que les informations échangées entre services de renseignement restent "confidentielles".

Le président américain a immédiatement fait savoir dans un communiqué qu'il voulait "poursuivre" les auteurs de ces fuites.

- Le kamikaze

L'auteur de l'attentat commis à la sortie du concert d'Ariana Grande est Salman Ramadan Abedi.

Né à Manchester en 1994 de parents libyens ayant fui le régime de Mouammar Kadhafi, il s'était rendu en Libye récemment avant de regagner la Grande-Bretagne quatre jours avant l'attentat.

Il a baigné dans un contexte familial jihadiste et était animé d'un désir de "vengeance", selon ses proches.

Selon le Times, Abedi aurait préparé l'attentat depuis au moins un an, achetant les composants de la bombe dans des magasins de Manchester.

Après son retour de Libye, Abedi a été filmé par des caméras de vidéo-surveillance en train d'acheter un sac-à-dos à Manchester. Il aurait assemblé les composants de la bombe à deux adresses différentes, selon le Telegraph.

- L'enquête en Libye

En Libye, un frère et le père du kamikaze ont été interpellés.

Hachem Abedi, né en 1997 en Grande-Bretagne, a été appréhendé mardi au moment où il recevait de l'argent envoyé par son frère.

Il "a indiqué qu'il appartenait à l'EI ainsi que son frère Salman Abedi", selon la Force de dissuasion, qui fait office de police, loyale au gouvernement d'union nationale (GNA) en Libye.

Le père, Ramadan Abedi, a été arrêté à son domicile à Tripoli.

- Revendication de l'EI

La puissante explosion a eu lieu dans l'enceinte de la Manchester Arena, à l'une des entrées de la salle pouvant accueillir 21.000 personnes, à la fin du concert d'Ariana Grande vers 22H30 (21H30 GMT) lundi.

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat qui a fait 22 morts, dont des enfants, et 116 blessés dont 75 sont encore hospitalisés, selon un nouveau bilan.

- Les victimes

Voici certaines des 22 victimes, qui ont toutes été identifiées.

La plus jeune victime tuée dans l'attentat est une fillette de 8 ans: Saffie Rose Roussos.

Le décès d'Olivia Campbell, une jeune fille de 15 ans, a été confirmé mercredi par sa mère, Charlotte, dans un message sur Facebook.

Une autre victime à avoir été identifiée, par son école, est une jeune fille de 18 ans, Georgina Callander.

Un jeune homme de 26 ans, John Atkinson, et une jeune femme de 32 ans, Kelly Brewster, sont également morts dans l'attentat.

Une policière, Elaine McIver, qui n'était pas en service, a également péri.

Un couple de Polonais vivant en Grande-Bretagne, venu chercher leurs filles à la fin du concert, ont également été tués. Selon les médias polonais, il s'agit d'Angelika et Marcin Klis.

L'adolescente Megan Hurley est décédée, selon un site de collecte de fonds créée pour aider sa famille à payer ses funérailles.

bur-mr/gde