NOUVELLES
25/05/2017 03:33 EDT | Actualisé 25/05/2017 03:42 EDT

Un Californien qui a violé sa soeur reçoit une peine de quatre mois de prison

Gavel and judge
AlexStar via Getty Images
Gavel and judge

En Californie, un homme de 20 ans purgera quatre mois de prison pour avoir violé sa soeur adolescente après qu'elle eut fumé de la marijuana.

Il a été condamné la semaine dernière à trois ans, mais a été mis en probation. Il ne passera que 240 jours, soit la moitié du temps, derrière les barreaux, respectant les conditions de sa probation, selon un communiqué venant du bureau du procureur du district de Del Norte.

La soeur de 16 ans de cet homme avait refusé à répétition d'avoir des relations sexuelles avec lui, il lui a alors donné de puissantes doses de «dabs » ( 'huile de marijuana) à fumer jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus être en mesure de le reconnaître. Il a plaidé coupable pour le viol d'une personne intoxiquée plus tôt ce mois-ci.

Le juge croyait que la stigmatisation du crime était un châtiment suffisant

Le procureur demandait une peine de six ans à la prison d'état, mais le juge William H. Follett a dit qu'il considérait que la stigmatisation de cette conviction, combinée à son enregistrement comme prédateur sexuel , serait assez pour le dissuader de récidiver.

« Le message que ça envoie à notre communauté est que les prédateurs sexuels qui droguent leur frères ou soeurs suffisament peuvent avoir des relations sexuelles avec eux sans encourir de conséquences significatives. Ce n'est pas le message que je veux envoyer à notre communauté », dit le procureur du district de Del Norte Dale P. Trigg dans un communiqué.

Le département de probation avait recommendé une sentence de six ans, a dit l'assistant procureur Annamarie Padilla.

Après le très médiatisé dossier impliquant le nageur de l'université Stanford Brock Turner, la loi a été changée pour empêcher d'autres cas similaires d'être éligibles à la probation, selon les nouvelles de KRCR-TV. Turner avait agressé sexuellement une femme inconsciente puis purgé trois mois de prison.

« De bien des façons, ce dossier est plus monstrueux que celui de Brock Turner».

Mais Padilla a ajouté dans le communiqué que l'homme dans ce dossier avait tiré profit car ses crimes ont eu lieu avant le changement de la loi.

« De bien des façons, ce dossier est plus monstrueux que celui de Brock Turner », affirme Trigg.

La victime était consciente, mais ne pouvait consentir: le procureur

Le juge a affirmé que le changement législatif nétait pas valable pour la victime, qui était consciente, cependant le procureur du district a rétorqué que la nouvelle règle était aussi applicable dans une situation où la victime était intoxiquée et ne pouvait donner son consentement.

Follett a dit qu'il a été influencé par 18 lettres de soutient au défendant, selon le Del Norte Triplicate, un journal local.

Toutefois, il a aussi dit que l'homme ne s'en tirait pas indemne. À la fin de sa peine, le contrevenant pourra faire face à trois ans de prison s'il enfreint les conditions de sa probation. Il doit aussi subir un traitement de thérapie, doit renoncer l'alcool et la marijuana, et compléter 140 heures de service communautaire.

LIRE AUSSI:

» Deux ans de prison pour une enseignante reconnue coupable de crimes sexuels

» Agressée sexuellement par le maire de Baie Trinité, elle demande sa destitution

» Colin McGregor, un militaire canadien, est accusé d'agression sexuelle et de voyeurisme