NOUVELLES
22/05/2017 08:49 EDT | Actualisé 22/05/2017 08:49 EDT

Venezuela: des manifestants incendient la maison d'enfance d'Hugo Chavez

Marco Bello / Reuters
Supporters of Venezuela's President Nicolas Maduro hold images of him and Venezuela's late President Hugo Chavez and shout slogans during a gathering to support Maduro’s government order of suspension of CNN's Spanish-language service outside the National Commission of Telecommunications (CONATEL), in Caracas, Venezuela February 16, 2017. REUTERS/Marco Bello

Des manifestants vénézuéliens ont mis feu à la maison d'enfance d'Hugo Chavez ainsi qu'à plusieurs bâtiments gouvernementaux, lundi, dans l'ouest du Venezuela, a indiqué un élu de l'opposition.

Pedro Luis Castillo a indiqué que la maison de l'ancien président dans l'État de Barinas avait été incendiée lundi après-midi. Nombre d'autres bâtiments du gouvernement ont aussi été en proie aux flammes, notamment le bureau régional de la commission électorale nationale.

Ces brasiers sont survenus après qu'une personne eut été tuée au cours d'une manifestation dans cet État.

Il s'agit d'un jeune homme de 19 ans, Yorman Bercia, selon l'information rapportée par le bureau du procureur en chef.

Au moins cinq statues d'Hugo Chavez, l'instigateur de la révolution socialiste au Venezuela, ont été détruites durant la crise politique et sociale qui secoue le pays depuis plusieurs semaines.

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a par ailleurs accusé des manifestants d'avoir immolé par le feu un partisan de son gouvernement dans la capitale. Il a argué que des éléments qu'il qualifie de "nazis fascistes" prennent racine dans les rangs de l'opposition et contribuent à une dangereuse spirale de violence.

Cet homme de 21 ans, Orlando Zaragoza, a souffert de blessures sur presque tout son corps quand il a été aspergé d'essence et que des gens ont mis le feu, a affirmé M. Maduro dimanche. Il faisait ainsi référence à un événement survenu durant une manifestation la veille à Caracas.

Des vidéos ayant circulé sur les réseaux sociaux montraient un homme recouvert par les flammes se sauver d'une petite foule.

Le président vénézuélien a fait savoir que M. Zaragoza était traité pour ses brûlures.

L'origine d'une telle attaque par le feu n'était pas claire, lundi après-midi. Une enquête doit permettre de faire la lumière sur cette affaire. Des témoins ont dit à un média local que M. Zaragoza s'était fait prendre alors qu'il volait des manifestants qui s'étaient réunis par dizaines de milliers pour protester contre le gouvernement de M. Maduro.

"La montée d'une contre-révolution d'influence nazie fasciste" a contaminé les "émotions" et la façon de penser de milliers de compatriotes, a soutenu le président au cours de son allocution télévisée hebdomadaire.

"Ceci est du terrorisme", a-t-il ajouté.

Les protestataires ont une fois de plus pris la rue, lundi, afin de dénoncer les pénuries en matière de santé et de médicaments. À Caracas, des médecins portant des sarraus blancs s'écriaient: "Nous voulons des médicaments. Nous ne voulons pas de bombes!"

Dans la capitale, l'accès au centre-ville avait été bloqué en plusieurs points par des gardes de sécurité lourdement armés. Les participants à un rassemblement tentaient d'accéder au bâtiment abritant les bureaux du ministère de la Santé pour demander au président Maduro d'ouvrir un couloir humanitaire dédié à la réception de produits médicaux et de nourriture.

LIRE AUSSI:

» Venezuela: Maduro veut une nouvelle Constitution, l'opposition appelle à la rébellion (VIDÉO)

» Venezuela: Washington place huit juges de la Cour suprême sur la liste noire

VOIR AUSSI: