Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Québec solidaire compte sur une percée en régions

Malgré le rejet du projet d'alliance avec le Parti québécois (PQ) en vue des prochaines élections générales, le principal porte-parole de Québec solidaire (QS) dans la région, Pierre Dostie, estime que la formation pourra profiter d'une remontée de ses appuis en 2018.

Pierre Dostie a été candidat défait de QS lors de l’élection partielle dans Chicoutimi, l’an dernier. Il prenait part en fin de semaine à Montréal, au congrès du parti.

S’il était lui-même partisan de la proposition défaite de rapprochement avec le PQ, il croit tout de même que Québec solidaire peut marquer des points.

Il rappelle que depuis deux mois, à la faveur de la course visant à désigner les porte-parole, 6000 nouveaux membres se sont joints à la formation politique. « Et à 60 %, ce sont des gens des régions, précise Pierre Dostie, ce qui démontre le chemin parcouru depuis quelques années ».

Quant à l’échec du projet d’alliance QS-PQ, il y voit le résultat de promesses « trahies » par le Parti québécois, principalement sur la question de la réforme du mode de scrutin, mais aussi sur l’accession à l’indépendance.

À ce sujet, M. Dostie rappelle que des discussions sont toujours en cours pour regrouper les partis indépendantistes sur l’élaboration d’un processus d’accession à la souveraineté au-delà de la question de l’élection de 2018.

Pour Québec solidaire, cela passe par la création d’une assemblée constituante qui serait chargée de rédiger la constitution d’un Québec indépendant, une idée qui gagnerait aussi des adeptes au PQ, selon Pierre Dostie.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.