Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Lac Saint Jean: la menace des vagues se dissipe selon la sécurité civile

old barn in flooded water
old barn in flooded water

Après avoir donné la frousse à ses riverains, le lac Saint-Jean se faisait de moins en moins menaçant, lundi, malgré les rafales qui y étaient attendues au courant de la nuit.

Selon la directrice régionale de la Sécurité civile, France-Sylvie Loiselle, le pire semble être passé dans le cadre de cette crue printanière qui a inondé 133 résidences du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La vigie sera toutefois maintenue dans la ville de Saint-Félicien, où une cinquantaine de résidences ont été inondées, a-t-elle précisé en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Les vents de lundi après-midi, qui devaient atteindre jusqu'à 40 km/h et provoquer des vagues dévastatrices, se sont avérés moins puissants que prévu, rapporte la directrice intérimaire.

La crue printanière avait gardé plusieurs municipalités de la région sur un pied d'alerte, tandis que le niveau anormal de la nappe phréatique causait des dégâts un peu partout autour du lac. La montée de l'eau avait notamment touché des résidences de Saint-Gédéon, de Péribonka et de Sainte-Jeanne d'Arc. Aucun sinistré n'a toutefois dû être évacué.

Grâce à son déclin constant, le Piékouagami ("lac plat" en innu) et ses vagues ne poseront bientôt plus danger pour les résidences avoisinantes, selon France-Sylvie Loiselle.

Elle a salué la prévoyance des citoyens, qui se sont armés de sacs de sable, et l'efficacité des multiples intervenants, dont Rio Tinto qui assure la gestion des berges. Elle a ajouté ne pas attendre de précipitations qui viendraient perturber la décrue en cours.

Selon les projections du géant minier, le niveau du lac, qui avait atteint près de 17,9 pieds ce week-end, devrait baisser de plus d'un demi-pied d'ici jeudi.

VOIR AUSSI:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.