Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La prudence est de mise avec Beaulieu et Galchenyuk

BILLET - Depuis la semaine passée, une rumeur veut que Marc Bergevin soit à la croisée des chemins avec Nathan Beaulieu et Alex Galchenyuk.

Bien entendu, ici à Montréal, quand un joueur connaît une saison en deçà des attentes, nous devons absolument l'échanger. Foutaise!

Il est toujours très drôle de comparer les attentes des partisans à celles de l'organisation. La majeure partie du temps, les deux opinions sont divergentes.

Avec le temps, j'ai constaté que les exigences des amateurs et surtout leur intransigeance viennent du manque de compréhension du domaine, de la culture et du développement d'un jeune homme dans la LNH.

Le consommateur payeur exige d'être bien servi. Surtout quand il a payé à fort prix son billet d'entrée et son hot-dog. C'est son plein droit. Mais cela ne veut pas dire qu’il a raison.

Revenons à nos jeunes hommes. Nathan et Alex sont deux joueurs de hockey de grand talent. L'ont-ils montré tous les soirs? Ce serait mentir que de répondre par l'affirmative, je vous l'accorde, mais est-ce une raison pour tirer un trait sur eux de façon définitive? Je ne crois pas.

Si Marc Bergevin détermine que la synergie créée par ses deux joueurs est plus grande hors glace que sur la patinoire et que cela affecte le rendement du CH, alors il devra agir pour le bien de sa formation. Mais a-t-il besoin de se débarrasser des deux?

Si un choix doit être fait, de grâce, Marc, garde le numéro 27.

Au hockey, il faut vivre dans le présent en prévoyant l'avenir tout en considérant le passé. Vous voulez vraiment que le DG échange un marqueur de 30 buts? Galchenyuk l'a fait à l'âge de 22 ans et en a marqué 20 à l'âge de 21 ans, sans mentionner qu'il a accumulé 44 points en 61 rencontres l'an passé, bon pour le 2e rang de son équipe pour le nombre de points par match avec 0,70, tout juste derrière Max Pacioretty. Vous voulez toujours l'échanger?

De plus, êtes-vous capable de me dire combien de joueurs depuis son repêchage en 2012 ont obtenu une saison de 30 buts et plus, à part « Chucky »?

Ça tombe bien, j'ai la réponse pour vous : Filip Forsberg, Sean Monahan, David Pastrnak, Viktor Arvidsson, Connor McDavid, Auston Matthews et Patrick Laine. Dans ce lot, je considère qu'il y en a trois qu’on peut considérer comme « exceptionnels ». Je vous laisse choisir.

Vous voulez toujours négocier son échange?

À entendre parler les gens du milieu, les professionnels du hockey n'ont pas le droit d'avoir une mauvaise journée, une mauvaise semaine ou même une mauvaise année. Ils doivent en tout temps agir de la bonne façon. Tels des ados, les jeunes hommes doivent toujours prendre les bonnes décisions comme vous l'avez toujours fait, je présume?!

Plus haut, je parlais de l'apprentissage et du développement. Les jeunes joueurs doivent se comporter comme des professionnels et comprendre les réalités de leur nouvelle vie de vedettes. Pour certains, cela prend plus de temps. Ils trébucheront à l'occasion. Parlez-en à Carey Price. Notre cerbère par excellence a eu son lot de soirées bien arrosées et de clichés à faire pleurer sa maman, sans oublier l'incident « chill out ». Si on se fie à votre théorie, il porterait d'autres couleurs en ce moment. Les dirigeants du CH ont été patients et ils lui ont procuré un encadrement pour qu'il devienne ce qu'il est aujourd'hui. Un maître dans son art.

Le Canadien manque d'attaque et on veut sacrifier un marqueur de 30 buts. C'est à n'y rien comprendre!

Faites attention, car comme disait un vieux sage : « Vous pourriez pleurer des larmes de sang. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.