Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Campagne électorale en N.-É., un lundi sous le signe de la santé

Les trois partis se prononcent et s'attaquent sur le thème de la santé huit jours avant les élections provinciale en Nouvelle-Écosse.

Le chef des progressistes-conservateurs Jamie Baillie a été applaudi lorsqu’il s'est adressé à ses supporteurs lors d’un rassemblement à Halifax lundi matin entouré de quelques candidats.

Les gens sur place agitaient des affiches sur lesquelles étaient inscrits « Plus de médecins ». Jamie Baillie a relayé des histoires qu'il a recueillies auprès des électeurs durant la campagne qui font mention de la pénurie de médecins de famille, des fermetures de salles d'urgence et du temps d'attente prolongé pour les soins en santé mentale. Il a accusé le chef du parti libéral Stephen McNeil d’avoir la tête dans le sable pendant que le système de santé de la province est en « crise ».

« Jamie Baillie fait peur aux gens », a déclaré Stephen McNeil, lors d'une conférence de presse lundi après-midi avant d'ajouter : « Pourquoi il n'est pas en mesure d'expliquer à la population comment il va fournir des soins de santé aux Néo-Écossais. » Le premier ministre sortant, Stephen McNeil, s’est employé à défendre la feuille de route des libéraux en matière de santé. Stephen McNeil a déclaré qu'un gouvernement libéral réélu améliorerait l'accès aux soins en créant 70 cliniques, et consacrerait 25 millions de dollars pour embaucher des médecins et des spécialistes.

De leur côté, les néo-démocrates disent que les soins en santé ont été leur priorité depuis le premier jour de la campagne.Nous pouvions lire sur un communiqué que Le NPD a fait parvenir un communiqué où il était écrit « Les sondages internes d’aujourd’hui ont rappelé à Jamie Baillie qu’il devait parler de soins de santé »

Le chef Gary Burrill a déclaré dans une interview lundi que le NPD était le seul parti qui voulait investir 120 millions de dollars dans la santé et fournir à chaque Néo-Écossais l'accès aux soins. Gary Burrill a déclaré que le coût total de la transformation du système de santé pourrait mettre la province au rouge pendant des années, mais un gouvernement néo-démocrate fera ce qu'il faut pour assurer des soins à chaque Néo-Écossais.

Les soins de santé des habitants de la province sont plus importants que de générer un excédent budgétaire pour la province.

Les Néo-Écossais sont appelés à se prononcer lors des élections le 30 mai.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.