NOUVELLES
20/05/2017 07:15 EDT | Actualisé 20/05/2017 07:20 EDT

Ventes d'armements américains de 110 mds USD à l'Arabie (Maison Blanche)

Un responsable de la Maison Blanche a annoncé samedi des contrats de ventes d'armements d'une valeur de 110 milliards de dollars à l'Arabie saoudite, au premier jour de la visite du président Donald Trump à Ryad où il effectue son premier déplacement à l'étranger.

"Le président et le secrétaire d'Etat (Rex) Tillerson vont assister à une cérémonie de signature de près de 110 milliards de dollars" de contrats militaires avec le royaume, un allié traitionnel des Etats-Unis, a déclaré ce responsable.

Ces contrats visent à "soutenir la sécurité à long terme de l'Arabie saoudite et de la région du Golfe face aux menaces iraniennes", a-t-il ajouté sans détailler ces accords.

Cela renforcera également la "capacité du royaume à contribuer aux opérations de contre-terrorisme à travers la région, ce qui réduira le fardeau pour l'armée américaine", a souligné le responsable.

Il a indiqué que les contrats militaires marquaient "un important développement dans une relation de sécurité, longue de plus de sept décennies entre les Etats-Unis et le royaume saoudien".

Les deux pays ont établi des relations diplomatiques en 1940, un partenariat scellé cinq ans plus tard lors d'une rencontre entre le roi Abdel Aziz ben Saoud et le président Franklin D. Roosevelt.

Par ailleurs, un projet d'accord portant sur un investissement de 6 milliards de dollars pour l'assemblage en Arabie saoudite de 150 hélicoptères Blackhawk de Lockheed Martin a été annoncé lors d'un Forum de chefs d'entreprises américaines et saoudiennes tenu dans la matinée à Riyad.

Le royaume sunnite, un des principaux acheteurs d'armes au monde, est l'un des partenaires clé des Etats-Unis dans la région, face à la République islamique d'Iran et dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Les besoins militaires du royaume sont allés croissants en raison de l'engagement depuis 2014 de son armée, traditionnellement dévolue à la défense des frontières du royaume, dans la guerre au Yémen entre forces pro-gouvernementales et rebelles Houthis soutenus par Téhéran.

Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Ryad a été en 2016 le quatrième importateur d'armes au monde avec 63,7 milliards de dollars.

jca-ak/tm/ras/jri