NOUVELLES
20/05/2017 00:08 EDT

Les Penguins ont tiré les premiers

Avec une première période exemplaire, les Penguins de Pittsburgh ont donné le ton à leur deuxième victoire dans cette série. Le genre de début de match que leur entraîneur attendait depuis la première rencontre.

Mike Sullivan a salué la performance de son équipe, celle de sa brigade défensive, mais surtout celle de son capitaine, Sidney Crosby : « Sidney a joué son meilleur match de la série. Il était inspiré et quand il joue comme ça, ça rejaillit sur toute l’équipe » de dire Sullivan.

Les Sénateurs se sont pourtant donné de belles occasions de marquer dans les dix premières minutes de jeu, mais chaque fois Matt Murray a fait les arrêts. Dans le cas contraire, Sullivan aurait eu à répondre de sa décision de le préférer à Marc-André Fleury.

« J’avais confiance en lui. On le voit travailler lors des entraînements. Je n’avais absolument aucun doute sur la performance qu’il nous offrirait. »

Les Sénateurs entre deux eaux

Le système défensif des Sénateurs, le 1-3-1, les a bien servis depuis le début des séries, mais les blessures dans la défense des Penguins les incitent maintenant à pratiquer un échec avant plus prononcé. Les deux concepts sont-ils difficiles à concilier? Sont-ils à l’origine des surnombres accordés?

« Si on presse, il ne faut pas les laisser filer, parce que ça conduit à des surnombres et ça nous a joué des tours ce soir » d’admettre Clarke MacArthur.

Craig Anderson a mal paru sur le premier but survenu au terme d’une descente à trois contre deux. Il anticipait une passe et a offert à Olli Maatta une ouverture que le Finlandais n’a pas ratée.

« C’était un 3 contre 2. Son tir était bon, mais il m’a pris par surprise » a concédé Anderson qui a accordé plus qu’un but pour la première fois de la série.

Lenteur

C’est la vitesse des Penguins qui a cependant fait le plus mal aux Sénateurs lors des deux premières périodes. L’un des plus rapides patineurs des Sénateurs, Tom Pyatt ne l’a pas nié : « Ils étaient toujours les premiers sur la rondelle, ils avaient toujours un pas d’avance. On a eu du mérite de revenir dans le match dans ces circonstances. »

Guy Boucher l’a admis lui aussi mais il a salué la résilience de ses joueurs : « On a été les plus rapides il y a deux jours. Ce soir c’était leur tour. On a ce qu’on mérite. Mais on n’a pas lâché. Et si le poteau (celui de Kyle Turris) dans la dernière minute était rentré, je ne serais pas en train de vous parler, on serait en prolongation. »

Réaliste, il a ajouté : « Jusqu’à maintenant, la série a été juste. Ils ont mieux joué que nous deux fois et ont gagné deux fois. On a mieux joué qu’eux deux fois et on a gagné deux fois. À nous d’être prêts, dimanche, à Pittsburgh ».

Confiance

Dans le vestiaire des Penguins, l’ambiance n’avait rien à voir avec celle de mercredi.

L’auteur du premier but, Olli Maatta était tout sourire : « Personne n’a eu besoin de nous dire qu’on avait mal joué mercredi. Ce soir, on a joué comme on en est capables. On a trouvé notre rythme ».

Voilà qui pourrait être inquiétant, d'autant plus que l’attaque massive des Sénateurs s’enlise. Guy Boucher est à court d’explications. L’avantage numérique n’a pas produit au cours des neuf derniers matchs. Zéro en vingt-cinq! Ça se passe de commentaire.

Un autre défenseur en moins

Chas Ruhwedel a subi une commotion cérébrale lorsque frappé par Bobby Ryan. Les Penguins devront se débrouiller sans lui dimanche. Avec Kristopher Letang, fini pour la saison et Justin Schultz blessé à l’épaule, les Penguins devront composer avec l’absence de trois défenseurs réguliers.