NOUVELLES
19/05/2017 20:00 EDT

Début de la saison de la pêche en Abitibi-Témiscamingue

La saison de pêche 2017-2018 a débuté aujourd'hui pour l'Abitibi-Témiscamingue. De nombreux amateurs se sont déplacés sur les plans d'eau de la région et le député d'Abitibi-Ouest, François Gendron a également profité de l'occasion pour dénoncer l'interdiction d'utiliser le poisson-appât.

Avec les informations de Guillaume Rivest

Cette année, l'ouverture de la pêche se fait par temps froid. C'est aussi la première année où les amateurs ne peuvent pas utiliser le poisson-appât, ce que déplore le député d'Abitibi-Ouest, François Gendron. « Je suis convaincu que ça se gère ce dossier-là. Comment ça se fait qu'en Ontario ils soient capables de gérer ça, sur les mêmes plans d'eau? On est plus intelligent que ça. Donc, les distributeurs sont en mesure de poser les gestes requis pour s'assurer de palier aux inconvénients sans éliminer ce que j'appelle le geste. Pour tellement de gens, c'est fini la pêche s'ils ne peuvent pas pêcher avec des menés », s'insurge-t-il.

Le propriétaire de la pourvoirie des Îles du lac Duparquet, Sylvain Audette, pense que cette décision est mauvaise pour les affaires. « On est rendus qu'on n'a plus le droit [donc] le monde un moment donné vont dire : "On va à la pêche, mais on sait qu'on n'en pognera pas [beaucoup] parce qu'on n'a plus le droit aux menés. Plus ça va, plus on a le droit de rien donc, changeons de sport." C'est sûr qu'on va perdre une clientèle. J'avais des Ontariens qui venaient chez moi… ils ne viendront plus. Ils vont rester chez eux », craint-il.

Malgré l'interdiction d'utiliser le poisson-appât et le temps froid, plusieurs amateurs de pêche se sont rués sur les plans d'eau dès l'ouverture. C'est le cas de Shaine Labranche et Jasmin Gagnon. « On vient essayer ce matin voir, vu que nous sommes en congé et profiter de la belle température, disent-ils. J'avais hâte aussi sauf qu'on aurait aimé une température un peu plus chaude, mais ce n'est pas grave. On va essayer ça et s'il fait trop froid, on revient et on retourne à la maison. »

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs estime que l'Abitibi-Témiscamingue attire chaque année 22 % des pêcheurs de dorés de la province.