NOUVELLES
19/05/2017 20:42 EDT

Apprendre la production laitière à la ferme

Des producteurs laitiers se convertissent en enseignants pour apprendre les rouages de leur métier à des plus jeunes. Cette initiative est possible grâce à un nouveau programme d'apprentissage lancé en février par le Carrefour jeunesse-emploi de Rimouski-Neigette et l'Union des producteurs agricoles.

Michel Claveau et sa conjointe, Karen Fournier, n'ont pas hésité un instant quand le Carrefour jeunesse-emploi les a approchés pour former une étudiante en production laitière.

Au cours des deux prochaines années, Enya DeCarufel-Perron sera à leurs côtés dans leur ferme de Saint-Gabriel-de-Rimouski pour apprendre le métier de producteur laitier.

On doit lui apprendre à commencer l'alimentation. On lui a fait apprendre à tirer des vaches, le soin des animaux, elle a appris le vêlage. On y a montré à avoir des petits bébés avec les vaches...

Michel Claveau, producteur laitier, bovin et porcin de la ferme Hector Claveau et fils

À la suite du programme, la jeune femme recevra un certificat de qualification professionnelle, reconnu au même titre qu'un diplôme en production laitière.

Le couple encourage les jeunes qui sont intéressés par l'agriculture à faire le saut.

Ce n'est pas dur, c'est facile même travailler sur une ferme. Il faut juste que tu sois passionné. Il faut que tu aies une passion, puis le goût d'apprendre.

Karen Fournier, copropriétaire de la ferme Hector Claveau et fils

Le Carrefour jeunesse-emploi a mis le programme sur pied pour combler un manque de main-d'oeuvre en agriculture.

On a des jeunes, des fois, qui sont prêts à apprendre un métier et qui ne veulent pas nécessairement retourner à l'école. Donc le programme est intéressant dans leur situation.

Joanie Dubé, chargée de projet du Carrefour Jeunesse-Emploi Rimouski-Neigette

Les étudiants sont payés entre 12 $ et 14 $ de l'heure durant leur parcours.

Aucun prérequis n'est nécessaire pour s'inscrire au programme. Jusqu'à maintenant, quatre personnes âgées de 18 à 52 ans s'y sont inscrites. Les personnes intéressées ont jusqu'au 18 avril pour faire de même.

D’après les informations d’Isabelle Damphousse