NOUVELLES
18/05/2017 18:32 EDT

Train de passagers Montréal-Sherbrooke : étude de marché « satisfaisante »

Un pas de plus vient d'être franchi dans le projet d'un train de passagers entre Montréal, Sherbrooke et Boston. Les conclusions d'une étude de marché ont été dévoilées. Plus de 2000 personnes par jour seraient susceptibles d'utiliser le train pour se déplacer sur l'un ou l'autre des trajets offerts.

Un texte d'Émilie Richard

Ce nombre serait suffisant pour la concrétisation du projet qui est encore au tout début de l'étude de faisabilité. L'étude de marché est en fait la première étape. Celle-ci a été réalisée pour un train de passagers qui relierait Montréal et Sherbrooke en 2 h 30 avec des arrêts à Saint-Jean-sur-Richelieu, Farnham, Bromont et Magog.

On serait plus vite que lorsqu'il y a du trafic, sinon, on serait à la même vitesse qu'en voiture.

François Rebello, promoteur du projet de train de passagers entre Montréal et Sherbrooke

« Le temps de déplacement est un des plus grands coûts de transport et les économies de temps sont souvent le bénéfice principal de projets d’amélioration du transport. Passer excessivement de temps pour se déplacer (particulièrement dans des zones congestionnées) semble réduire la satisfaction de vivre (bien-être subjectif) », indique le document préparé par des experts de l'Université Ryerson de Toronto.

L'étude a églament permis de constater que les utilisateurs seraient prêts à payer un peu plus cher qu'un aller simple en autobus.

« On se dit que les gens peuvent prendre l'autobus, mais s'ils prennent le train, ils s'attendent à plus de confort et sont prêts à payer un peu plus », indique l'instigateur du projet, François Rebello.

Des trajets en direction de Boston et New-York ont également été étudiés et la réponse a été tout aussi positive. Selon François Rebello, il est réaliste de penser que le projet pourrait voir le jour d'ici trois ans.

« Les travaux de construction requis ne sont pas énormes. Ce qui est vraiment long, c'est de s'assurer qu'on a des mandats clairs au palier municipal, provincial et qu'on obtient l'engagement du fédéral », juge M. Rebello.

L'étude de marché a été réalisée auprès de 1400 personnes qui ont répondu à un sondage en ligne. Une analyse du trafic sur l'autoroute pendant une journée au mois de janvier en a aussi fait partie.

À bord du train de nuit spécial proposé entre ces destinations d’affaires et touristiques, les passagers auront la possibilité de dormir dans une chambre privée avec accès à un salon et un wagon-restaurant, ce qui offre un moyen paisible et confortable de voyager, pour finalement arriver à destination le lendemain matin.

Tirée de l'Analyse du marché pour un nouveau train Montréal-Sherbrooke avec prolongement la nuit

Des municipalités satisfaites

Les discussions pour le plan d'affaires sont entamées avec les représentants des municipalités dans le dossier. Ils sont satisfaits des conclusions de l'étude.

« Toutes les occasions pour améliorer la fluidité du transport, pour améliorer l'accessibilité à notre région, on va les regarder sérieusement », a affirmé, Robert Desmarais, directeur général de la MRC Brome-Missisquoi.

« D'avoir une option qui vient enlever des automobilistes sur le réseau routier, c'est intéressant », ajoute Éric Sévigny, directeur général de la ville de Bromont.

« Admettons qu'il y avait une gare à Bromont, ça serait l'occasion de faire du développement domiciliaire », croit M. Sévigny.

Il y a cependant encore beaucoup à faire avant de quitter la gare. Les deux paliers de gouvernement devront investir pour la réparation de la voie ferrée afin d'assurer la viabilité du projet. Selon l'étude, la vitesse optimale que doit atteindre le train est de 55 miles à l'heure (environ 89 km/h), ce que ne permet pas le rail actuellement.