NOUVELLES
18/05/2017 07:23 EDT | Actualisé 18/05/2017 15:43 EDT

Projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire: référendum le 16 juillet

C'est finalement un référendum auprès de 62 citoyens, le 16 juillet prochain, qui déterminera s'il y aura ou non un cimetière musulman à Saint-Apollinaire, au sud-ouest de Québec.

Il fallait un minimum de 17 signatures au registre qui avait été ouvert par la Ville pour tenir un référendum et 22 personnes l'ont fait à l'invitation des opposants au projet.

«Les opposants les plus impliqués s'étaient installés dehors et surveillaient le processus», a raconté le maire de Saint-Apollinaire, Bernard Ouellet, en entrevue avec La Presse canadienne.

M. Ouellet a précisé que le tout s'était bien déroulé et que le groupe était surtout là pour informer les citoyens qui se présentaient s'ils avaient droit de vote ou non, mais aussi pour s'assurer qu'ils obtiendraient assez de soutien pour obliger la tenue d'un référendum.

«Ils ont fait plusieurs téléphones, a indiqué M. Ouellet. Ils ont fait sortir les gens pour voter.»

La petite ville de la région de Lotbinière avait été tenue d'ouvrir un registre après que le mois dernier, une quarantaine de personnes opposées au projet de cimetière musulman se furent manifestées pour bloquer un éventuel changement au zonage.

Le référendum, lui, sera toutefois ouvert exclusivement aux 62 personnes qui résident dans les secteurs de Saint-Apollinaire directement limitrophes au site où le Centre islamique de Québec et le promoteur Harmonia souhaitent aménager le cimetière. Il s'agit des mêmes personnes qui avaient le droit de signer le registre.

Bien qu'il soit en faveur du changement de zonage, le maire Ouellet est tout à fait prêt à se rallier à ses commettants.

«J'aurais préféré que ça ne prenne pas cette tournure, mais que voulez-vous? Les règles sont ainsi», a-t-il laissé tomber.

Il n'a toutefois aucune intention d'aller faire campagne sur cette question.

«Je vais laisser aller les choses. Je vais laisser la mosquée de Québec aller promouvoir ses choses avec Harmonia, mais je ne ferai pas de porte-à-porte. La démocratie finira par s'exprimer», a conclu le maire, philosophe.