NOUVELLES
18/05/2017 05:33 EDT | Actualisé 18/05/2017 17:52 EDT

La campagne électorale peu visible à Chéticamp

Quelques affiches électorales sont posées ici et là dans la circonscription d'Inverness, en Nouvelle-Écosse, mais le long de la rue principale à Chéticamp, elles se comptent sur les doigts d'une main.

La campagne électorale provinciale n'est pas le sujet de conversation prisé dans les restaurants et les lieux publics.

« Les élections, ce n'est pas les élections du passé. Autrefois, quand on annonçait les élections, c'était un événement majeur et les gens prenaient ça au sérieux », affirme Charles D. Roach, résident de Chéticamp.

Environ 70 % des quelque 11 000 électeurs de la circonscription avaient pourtant voté lors des élections générales en 2013. Le taux de participation à l'échelle provinciale se chiffrait à 58 %.

La circonscription d'Inverness est la troisième en Nouvelle-Écosse en matière de territoire. La majorité des électeurs est âgée entre 45 et 74 ans.

La région de Chéticamp regroupe la plus forte concentration d'Acadiens. Ils sont environ 3000 dans la région.

Trois candidats en lice

Le candidat progressiste-conservateur Allan MacMaster est le député sortant. Il cherche à obtenir un troisième mandat. Il a gagné par seulement 600 voix devant la candidate libérale en 2013.

Ses priorités, explique-t-il, sont l’amélioration de l’entretien des routes et de l'offre de soins de santé de proximité. Il est connu pour aller à la rencontre de la communauté.

« Même quand il était à l'opposition, je pense qu'il a fait un assez bon travail pour nous représenter. Les deux autres partis, je ne sais même pas le nom des candidats », indique Charles D. Roach.

Le candidat libéral Bobby Morris, natif d'Inverness, se présente pour la première fois au provincial. Il a de l'expérience en gestion d'entreprise et en comptabilité. Il a notamment occupé des postes au ministère des Finances et au ministère des Ressources naturelles.

M. Morris explique qu’il veut concentrer ses efforts sur la création d'emplois, le logement abordable, l'accessibilité à Internet haute vitesse en milieu rural et l'entretien des routes.

« Je pense que c'est surtout dans ces domaines-là que le gouvernement peut nous aider. Dans les infrastructures parce que nous, on dépend beaucoup du tourisme ici. Et parce que le parc national, c'est une grosse attraction pour les touristes. On est chanceux d'avoir ça, et avoir de bonnes routes pour s'y rendre c'est primordial », estime Charles D. Roach.

Michelle Smith est la candidate néo-démocrate. L'agriculture est sa priorité. Elle oeuvre dans la culture maraîchère et d'élevage de bétail depuis plus de 30 ans.

Leurs idées pour appuyer la communauté acadienne

Les candidats libéral et progressiste-conservateur s'engagent à faire des efforts pour préserver la culture acadienne.

S'il est élu, le libéral Bobby Morris compte ouvrir un bureau à Chéticamp. Il veut engager un employé francophone pour surmonter la barrière de la langue.

Pour sa part, le candidat progressiste-conservateur Allan MacMaster appuie les Acadiens dans leurs revendications. Il veut qu'ils aient leur mot à dire pour être mieux représentés à l'Assemblée législative.

M. MacMaster est toutefois d'avis que la majorité des préoccupations des Acadiens sont les mêmes que celles des autres communautés de la circonscription.

Les Néo-Écossais sont appelés aux urnes le 30 mai.

D'après le reportage d'Olivier Lefebvre