NOUVELLES
17/05/2017 05:33 EDT | Actualisé 17/05/2017 05:33 EDT

Trump nomme au gouvernement un shérif noir très controversé

EDUARDO MUNOZ ALVAREZ via Getty Images
Milwaukee Sheriff David Clarke (L) exits elevators after meetings with President-elect Donald Trump November 28, 2016 at the Trump Tower in New York / AFP / Eduardo Munoz Alvarez (Photo credit should read EDUARDO MUNOZ ALVAREZ/AFP/Getty Images)

Le président américain Donald Trump a récompensé pour son soutien un shérif noir ultra-conservateur et très controversé, en le nommant à un poste clé du ministère de la Sécurité intérieure.

David Clarke, qui devient un des adjoints du secrétaire John Kelly, a annoncé mercredi sa promotion sur l'antenne d'une radio du Wisconsin, l'État de la région des grands lacs où il s'est rendu célèbre.

M. Clarke, au chapeau de cow-boy souvent vissé sur le crâne, s'est récemment retrouvé en difficulté car un homme souffrant de troubles mentaux est mort de "déshydratation aiguë" dans une prison de Milwaukee sous sa responsabilité.

Ce détenu de 38 ans, jugé trop bruyant par les gardiens, avait eu l'eau volontairement coupée dans sa cellule durant sept jours.

Le scandale n'a pas empêché la promotion du shérif Clarke, qui a ardemment soutenu Donald Trump durant sa campagne présidentielle, recevant l'honneur de s'exprimer à la tribune de la convention d'investiture républicaine.

Ce Noir ultra-conservateur défend notamment une promesse emblématique du président: la construction d'un mur tout le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

David Clarke est aussi connu pour ses interventions sur Fox News ou à la tribune de la National Rifle Association (NRA), le premier lobby des armes américain. Il critique régulièrement Black Lives Matter, un mouvement de dénonciation des abus policiers.

Familier des déclarations à l'emporte-pièce, le shérif de Milwaukee avait assuré que les confiscations d'armes par les Nazis avaient laissé les juifs "sans défense face aux attaques".

Dans un tweet dénonçant la corruption généralisée supposée sous l'administration Obama, il avait estimé que le temps était venu de prendre "les fourches et les torches".

Dans un autre message fin janvier, il avait appelé à passer à l'offensive face aux manifestants qui protestaient dans les aéroports contre le décret anti-immigration de Donald Trump. Une mesure qui est suspendue depuis presque quatre mois.

LIRE AUSSI:

» Mais pourquoi Melania Trump a-t-elle soudainement perdu le sourire pendant l'investiture?

» Trump veut nommer «rapidement» le nouveau directeur du FBI

» Trump défend encore en justice son décret anti-immigration

VOIR AUSSI: