NOUVELLES
16/05/2017 13:27 EDT | Actualisé 16/05/2017 14:37 EDT

Sharapova n'aura pas de laissez-passer à Roland-Garros

La Fédération française de tennis n'accordera pas d'invitation à Maria Sharapova pour Roland-Garros. Cela prive ainsi la vedette russe du seul moyen de disputer le tournoi, a annoncé mardi le président de la fédération Bernard Giudicelli.

L'ancienne no 1 mondiale, qui a effectué son retour sur le circuit fin avril après 15 mois de suspension pour dopage, manquera pour la deuxième année de suite les Internationaux de France, où elle avait remporté deux de ses cinq trophées majeurs en 2012 et 2014.

Sharapova, maintenant 211e, a été suspendue en raison d’un contrôle positif au meldonium.

À Madrid, elle a été éliminée par la Canadienne Eugenie Bouchard au deuxième tour. Avant leur duel, la Montréalaise avait qualifié d’injuste sa réinsertion dans le tennis professionnel.

« Pour moi, ce n'est pas juste pour les autres joueurs qui respectent les règles », avait expliqué Bouchard dans une entrevue à TRT World.

« Je ne peux pas la priver des titres obtenus mais aujourd'hui je ne peux pas lui accorder l’invitation demandée. Les titres gagnés ici, elle les a conquis dans les règles sans ne rien devoir à personne, a expliqué M. Giudicelli.

« S'il existe des laissez-passer pour des retours de blessure, il n'en existe pas pour des retours après une sanction pour dopage. C'est à elle seule de reconquérir ses titres. »

La nouvelle est tombée alors que Sharapova, 30 ans, devait disputer mardi son deuxième match du tournoi de Rome, où elle bénéficie d'une invitation, contre la Croate Mirjana Lucic-Baroni.

Pas assez bien classée pour participer directement aux Internationaux de France ou y intégrer les qualifications, Sharapova avait besoin d'un coup de pouce de la FFT. Mais son président avait émis des réticences sur cet épineux dossier.

« L'intégrité est l'un de nos engagements forts. On ne peut pas décider, d'un côté, d'augmenter la dotation des fonds dédiés à la lutte antidopage et de l'autre... [l'inviter] », avait affirmé début mars le successeur de Jean Gachassin à la tête de la Fédération française.