NOUVELLES
16/05/2017 06:59 EDT | Actualisé 16/05/2017 07:20 EDT

GB: Principaux points du programme du Labour pour les législatives

Le Parti travailliste britannique, principale force d'opposition au gouvernement conservateur de Theresa May, a présenté mardi un programme ancré à gauche pour les élections législatives du 8 juin. En voici les principales dispositions:

- Réforme fiscale -

Le "manifesto", comme il est d'usage d'appeler les programmes électoraux au Royaume-Uni, prévoit d'augmenter de 40% à 45% le taux marginal d'imposition pour les revenus supérieurs à 80.000 livres par an, et introduit un nouveau taux à 50% (45% actuellement) pour ceux dépassant 123.000 livres par an.

Le Labour assure que ces changements n'affecteraient que 5% des contribuables.

Concernant les entreprises, les travaillistes entendent porter le taux d'imposition à 26% d'ici 2020, contre 19% actuellement.

Le programme prévoit 250 milliards de livres d'emprunts qui seront investis sur dix ans dans le transport, l'énergie, les communications, le logement et la recherche scientifique.

- Dépenses -

La Labour veut mener une vaste politique de nationalisations qui toucherait la distribution de l'eau, le rail, certains secteurs énergétiques mais aussi Royal Mail, l'opérateur postal du pays.

Le salaire horaire minimum passerait à 10 livres (11,72 euros) d'ici à 2020 (contre 7,50 livres actuellement pour les salariés de 25 ans et plus).

Un des principaux postes de dépenses concernerait le système de santé public (NHS), qui verrait son budget augmenter de 30 milliards de livres (35,17 milliards d'euros) sur cinq ans.

Dans l'éducation, le Labour veut supprimer les frais universitaires et remettre en place les aides d'Etat.

Le programme travailliste prévoit également un million de nouveaux logements et le recrutement de 10.000 policiers, 3.000 gardiens de prison, 3.000 pompiers et 500 garde-frontières.

Jeremy Corbyn, le leader du Labour, promet que le coût du programme (48,6 milliards de livres, soit 56,5 milliards d'euros) serait intégralement financé par des recettes d'un montant équivalent.

- Brexit -

Le Labour veut négocier avec Bruxelles un accord commercial qui permettrait au Royaume-Uni de conserver les bénéfices du marché unique et de l'union douanière.

Contrairement au gouvernement conservateur de Theresa May, le Labour exclut de quitter l'UE sans un accord de sortie.

Les droits de ressortissants de l'UE installés dans le pays seraient garantis, le Labour souhaitant la réciprocité pour les Britanniques vivant dans l'UE.

- Défense, affaires étrangères -

Le Labour s'engage à respecter le seuil de dépenses militaires à hauteur d'au moins 2% du PIB réclamé par l'Otan.

Le renouvellement des sous-marins nucléaires Trident est maintenu, le parti souhaitant néanmoins travailler avec ses partenaires à un monde sans armes nucléaires.

Le programme prévoit un maintien de l'aide au développement à 0,7% du PIB, et la reconnaissance immédiate de l'Etat de Palestine.

- Travail, environnement -

En cas de victoire des travaillistes, les contrats publics ne pourront être passés qu'avec des entreprises où l'écart de rémunération entre salariés et patrons ne dépasse pas un ratio de 1 à 20.

Le Labour veut en outre supprimer les contrats "zéro heure", qui ne garantissent aucun horaire et donc aucune rémunération fixe à l'employé, relancer les accords de branche, et introduire quatre nouveaux jours fériés.

Sur l'environnement, les travaillistes souhaitent l'interdiction de la fracturation hydraulique et fixer à 60% la part des énergies renouvelables ou à émission de carbone nulle d'ici 2030.

ar-eg/oaa/pg

ROYAL MAIL