NOUVELLES
16/05/2017 09:35 EDT | Actualisé 16/05/2017 09:36 EDT

Les travailleurs de la construction du Québec se préparent à une grève le 24 mai

La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Les négociations entre les travailleurs et les patrons dans le secteur de la construction au Québec s'enveniment. L'Alliance syndicale, qui représente 175 000 travailleurs, menace d'entrer en grève illimitée la semaine prochaine, au terme d'une assemblée extraordinaire qui se déroule aujourd'hui dans 11 villes du Québec.

« Pour débloquer les négociations, nous sommes obligés de demander à nos membres de se préparer pour la grève dès le 24 mai », a annoncé par communiqué Michel Trépanier, porte-parole de l’Alliance syndicale.

Les secteurs résidentiel, commercial, industriel et du génie civil menacent de suspendre leurs activités s'il n'y a aucune entente négociée d'ici la date butoir.

« Quand on se lève le matin, on a un objectif : gagner notre vie et faire vivre notre famille, proteste Sylvain Boivin, un travailleur de l'acier. Quand on veut nous exploiter et qu'on ne nous respecte pas, il est là, le problème. »

Des négociations retardées

« Malheureusement, [les syndicats] nous ont fait attendre pendant 100 jours », déplore de son côté Éric Côté, porte-parole de l'Association de la construction, un des trois acteurs patronaux. Et maintenant on se trouve pressés à négocier la veille d'une possible grève. »

La partie patronale doit répondre à une offre finale des syndicats, déposée lundi à la table des négociations. Pour le moment, les discussions ont été interrompues, indique l'Association de la construction du Québec.

« Tout ce qu’on cherche à faire du côté de l’Alliance syndicale, c’est de négocier de meilleurs avantages pour les travailleurs, sans tenir compte de nos demandes pour améliorer la flexibilité dans l’industrie de la construction », poursuit M. Côté.

Entre flexibilité et acquis

Pour mieux répondre aux besoins des clients commerciaux, la partie patronale aimerait, par exemple, que les travailleurs puissent effectuer leurs tâches avant et après les heures d'ouverture afin de ne pas entraver les activités du client.

« On a demandé plus de flexibilité sans affecter les conditions salariales des travailleurs », soutient M. Côté.

Pour sa part, M. Trépanier dénonce notamment que les patrons veuillent abolir la semaine de travail de cinq jours. « [Les patrons] veulent changer notre horaire de travail n’importe quand, selon leur volonté, sans indemnités supplémentaires. La conciliation travail-famille serait impossible », s’indigne-t-il.

Les syndicats exigent entre autres le maintien de leur pouvoir d’achat et une bonification de leurs régimes de retraite et d’assurances collectives. La semaine dernière, ils ont déposé une pétition signée par 40 000 travailleurs afin de sensibiliser la ministre du Travail, Dominique Vien, au fait que la loi anti-briseur de grève ne les couvre pas, selon l'Alliance syndicale.

Les conventions collectives sont échues depuis le 30 avril dernier et les syndicats évaluent les pertes à 8 millions de dollars par semaine pour les travailleurs de la construction.

Cinq organisations forment l’Alliance syndicale, soit la FTQ-Construction, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction, le Syndicat québécois de la construction, la CSD-Construction et la CSN-Construction.

Grève en même temps que les ingénieurs?

Les ingénieurs du gouvernement du Québec pourraient eux aussi faire grève à compter du 24 mai. Ils ont annoncé qu'ils reportaient, pour des raisons techniques, le déclenchement de leur grève générale à cette date, plutôt que de la commencer mercredi.

LIRE AUSSI:

» Les syndiqués de la construction votent à plus de 93% en faveur de la grève