VIVRE
16/05/2017 03:47 EDT | Actualisé 16/05/2017 04:49 EDT

Une blogueuse partage des images de sa cicatrice de césarienne pour faire taire les critiques

Il y a plusieurs phrases que vous devriez vous retenir de dire à une femme qui vient d'accoucher. «Est-ce que le bébé est supposé pleurer comme cela?» Ou encore: «Tu as l’air épuisée».

Mais s’il y a bien une chose que vous ne devriez jamais dire à quelqu’un qui a accouché par césarienne est ceci: «Ahhhh, tu l'as eu facile! »

Dans une publication Instagram devenue virale, la blogueuse Olivia White, originaire de Melbourne, a décidé de montrer une photo de sa cicatrice de césarienne de l’an dernier, affirmant au passage: «Voici de quoi vous avez vraiment l’air quelques heures après une césarienne. À tous ceux qui croient que c’est la porte de sortie facile, nous allons [sic] essayer d’avoir une balafre de six pouces dans votre abdomen comme un requin éviscéré […]»

Look I know it might not be my best angle (or is it?) 😂 but who wouldn't take selfies hours post birth so they can see where they sliced you open and yanked out a whole person 🙋🏼 (if you couldn't tell I still couldn't see past my still inflated uterus) 🙈 This is what you really look like a few hours post c-section 🗡 To anyone who thinks it's the easy way out, we'll try having a 6 inch gash in your abdomen like a gutted shark 🦈 who had the body parts of the surfer 🏄🏼 it ate retrieved! That's then sewn back together with fishing wire while it feels like your vital organs are trying to escape! I mean sure, everything is 🌈 and 🍭 till the spinal wears off! After that it's like you've been hit by a bus 🚌 which then backed over you just to make sure it didn't miss you the first time! If you don't time the Endone exactly before the previous lot wore off then you will most certainly know you are alive (while wishing you were dead) ☠️ and worst of all you'll feel as if you'll spend your entire life wearing nanna 👵 knickers up around your waist because the thought of anything settling in the canyon between your gut and pubic region is the stuff nightmares are made of 👻🙅🏼 Anyone who's ever had c section knows that you'll forever be dependant on your friends Nancy, Dr 90210 and Spanx because you cannot for the life of you get rise of the ditch that is left by the scar 🙄 But for all the skin tight Kookai dresses I bought while pregnant 🤰🏼 that now make me look like I have a Kangaroo pouch - I wouldn't change it! Because if it wasn't for the ability to deliver my babies 👶🏼 this way they might not be here today 🙌🏻 plus I recon getting cut from A to B sounds way worse 😷🤕

Une publication partagée par ✖️ OLIVIA WHITE ✖️ (@houseofwhite_) le

Olivia White a fait face à de nombreuses critiques durant sa deuxième grossesse pour avoir partagé publiquement sa décision d’avoir une césarienne planifiée. Sa fille la plus âgée a été mise au monde par césarienne d’urgence, et des complications médicales ont fait en sorte que la blogueuse n’a pu la tenir ou la coller durant les premiers jours de sa vie.

«Les gens me “rappellent” constamment que je peux toujours avoir un accouchement naturel après avoir eu une césarienne. Et certains vont même jusqu’à suggérer que décider d’avoir une césarienne planifiée est un accouchement facile, et font des commentaires désobligeants comme “trop distinguée pour pousser” – insérer ici un regard incrédule», a-t-elle écrit sur Mamamia l’an dernier.

«Alors, en amorçant cette grossesse, je savais dès le début que je mettrais au monde ce bébé, et ce ne serait pas pour les raisons que vous croyez. Bien que je sache que toutes les naissances sont différentes et qu’il y a certainement des chances que j’aurais pu avoir cet enfant par voie vaginale, la chose la plus importante pour moi était de faire de cette expérience de naissance quelque chose de positif. »

Having a cesarean birth was certainly not in my plans, but for reasons beyond my control that's how my first baby was born. And it ultimately meant she entered this world healthy and safe, and I shouldn't shamed for that or told I didn't 'give birth'! I then decided to have an elective cesarean, and that's my choice and I have the right to make that choice and should not be shamed for that either! Whether you birth your baby naturally or require medical intervention! Whether you have pain relief or give birth listening to Mozart in a pool of petal laced water and have your placenta dried and bottled to use as seasoning on your steak! It's all bringing new life into the world and that is a wonderful thing that should be celebrated! How you get it done should not define you, it doesn't make you and more or less of a mother! We thankfully live in a time where we have access to such medical assistance that can ultimately save the life of a baby and it's mother, when in times past it has meant they may have died in child birth! Sadly something that can still happen in some poorer countries in this day and age! Not to mention that pregnancy, birth and having children is already an extremely life-altering and emotional experience! When your birth, for whatever reason, doesn't go to plan it can cause or exacerbate ones already fragile state! We are all mothers, and we should love and support one another no matter how our babies are born, especially when it can already have left someone inadequate and disappointed! Embrace your scars, don't apologise for the drugs, coat your steak in as much placenta as you like and don't, for a second, feel like you have to explain yourself to anyone!! 📸 @catherinemeyerphotographer

Une publication partagée par ✖️ OLIVIA WHITE ✖️ (@houseofwhite_) le

Alors que les opinions quant à la «meilleure» façon d’accoucher se multiplient, tout comme les articles prévenant des dangers des césariennes, ce n’est pas surprenant qu’Olivia White ait senti le besoin de parler de sa cicatrice et des efforts qui l’accompagnent — parce que comme l’a-t-elle indiqué, «S’il n’y avait pas eu la possibilité d’accoucher de mes bébés de cette façon, ils ne seraient peut-être pas là aujourd’hui.»

Alors qu’Olivia White a reçu de nombreux éloges et messages de support, il reste encore de nombreuses personnes qui rejettent les difficultés d’une naissance par césarienne comparée à une naissance vaginale.

En 2016, une femme du nom de Raye Lee a publié des photos sur Facebook de sa césarienne, accompagnée d’images graphiques et d’une description de l’état d’urgence qui a mené à la naissance de son fils.

Elle n’a pas seulement décrit l’incision qui a permis d’extraire son fils, mais aussi les conséquences que beaucoup de gens ne considèrent pas.

«Vous utilisez vos muscles abdominaux pour littéralement tout… même pour vous asseoir, imaginez alors ne pas être capable de les utiliser parce qu’ils ont littéralement été coupés et mutilés par un docteur et ne pas être capable de les réparer pour au moins six semaines parce que votre corps doit le faire naturellement», a écrit Raye Lee.

Olivia White est plus que d’accord avec cette idée. La blogueuse familiale, qui publie souvent des photos glamour de ses enfants et de son mari, pointe également la «poche de kangourou» qu’elle a maintenant et qui ne changera pas, une affirmation qui a eu beaucoup d’écho auprès des internautes.

Peu importe la façon dont une femme accouche, c’est un dur labeur – pas seulement au moment de la naissance, mais aussi après. Et toutes les mères peuvent aller chercher du soutien.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

LIRE AUSSI:

» Sa réaction après avoir accouché naturellement d'un bébé de 5kg veut tout dire

» Césarienne : ces braves mères montrent leurs cicatrices dans des photos empreintes de force

» Les 15 plus belles photos d'accouchement de l'année

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 30 photos qui vous feront vivre toutes les émotions de l’accouchement Voyez les images