NOUVELLES
11/05/2017 11:26 EDT | Actualisé 11/05/2017 11:40 EDT

Washington et Ankara surmonteront leur différend sur l'armement des Kurdes (Pentagone)

Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis s'est déclaré convaincu jeudi que les Etats-Unis parviendront à surmonter leur différend avec la Turquie sur les livraisons d'armes aux Kurdes syriens, un chiffon rouge pour Ankara.

"Je n'ai pas de doute que la Turquie et les Etats-Unis trouveront une solution, s'ils accordent tout la considération et l'attention nécessaires à la sécurité de la Turquie, à la sécurité de l'Otan et à la campagne qui continue contre le groupe Etat islamique", a déclaré le chef du Pentagone à bord d'un avion militaire, après une rencontre à Londres avec le Premier ministre turc Binali Yildirim.

M. Mattis s'est entretenu une trentaine de minutes avec le Premier ministre turc, dans la première rencontre de haut niveau entre les deux gouvernements après la décision américaine d'armer les milices kurdes syriennes YPG pour soutenir leur offensive contre le groupe Etat islamique.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté les Etats-Unis à revenir "sans délai" sur cette décision.

La Turquie considère ces milices comme l'extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation séparatiste qui livre une sanglante lutte armée contre Ankara depuis 1984.

La Turquie redoute notamment que ces armes ne puissent un jour finir par être utilisées contre elle par les Kurdes.

Les Etats-Unis estiment de leur côté qu'armer les milices kurdes est le seul moyen de bouter rapidement les jihadistes hors de leur capitale auto-proclamée de Raqa en Syrie.

Ils considèrent la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), dont les YPG sont le fer de lance, comme leur allié le plus efficace sur le terrain en Syrie contre les jihadistes.

"Nous sommes 100% d'accord avec les préoccupations turques concernant le PKK" reconnu par les Etats-Unis comme une organisation terroriste, a déclaré M. Mattis à des reporters l'accompagnant lors d'une mini-tournée en Europe.

"Nous ne fournissons pas d'armes au PKK, nous ne l'avons jamais fait et nous ne le ferons jamais", a-t-il ajouté.

Les FDS sont en train de s'approcher de Raqa, dont elles ont coupé les principales voies de communication avec l'extérieur.

Elles viennent de remporter une victoire importante en prenant aux jihadistes le verrou crucial de Tabqa, à environ 55 kilomètres à l'ouest de la ville.

M. Mattis a rencontré M. Yildirim en marge d'une conférence sur la Somalie à Londres.

Il s'est agi d'une discussion "honnête, transparente et utile" entre deux "alliés de l'Otan de longue date", a-t-il estimé.

Les Américains affirment prendre des précautions pour que les armes livrées aux milices YPG ne soient tournées que contre le groupe Etat islamique, et lui seul.

wat/lby/kal