POLITIQUE
11/05/2017 09:24 EDT

Plus d'argent pour la nourriture dans les résidences pour personnes âgées de l'Ontario

Radio-Canada

Des «pommes de terre en poudre» et des légumes congelés, les résidents des Centres de soins de longue durée (CSLD) de l'Ontario aussi en reçoivent parfois dans leur repas. Mais dès le 1er juillet, le gouvernement provincial va augmenter l'allocation pour la nourriture dans les résidences, afin de compenser la hausse des prix des aliments de base.

Un texte de Christian Noël

En raison des budgets restreints, les résidences pour personnes âgées de l’Ontario nourrissent souvent leurs 77 000 résidents avec des légumes congelés, des fruits en conserve et de la viande de transformation.

«Quand les résidences doivent acheter en gros, elles prennent des raccourcis. Parfois ça veut dire des pommes de terre en poudre»

— Cathy Gapp, pdg du groupe AvantAge

L’allocation pour la nourriture passera de 8,33 $ à 9 $ par jour par résident, dès le 1er juillet. Cela couvre trois repas et deux collations par jour. Une mesure qui coûtera 15 millions de dollars supplémentaires au Trésor ontarien.

«Ce nouveau financement permettra aux résidences d’acheter plus souvent de la nourriture locale, des fruits et des légumes frais», dit Cathy Gapp, la pdg du groupe de défense des personnes âgées AvantAge.

Un repas appétissant et créatif rehausse le moral des personnes âgées et peut avoir un effet positif sur leur santé physique et mentale - Cathy Gapp, pdg du groupe de défense des personnes âgées AvantAge

Même avec cette nouvelle augmentation, les personnes âgées recevront moins d’argent que les détenus incarcérés en Ontario, qui eux sont nourris avec 9,73 $ par jour.

Nourriture de piètre qualité

Le ministère de la Santé de l’Ontario a des règles strictes sur le type de nourriture et la valeur nutritionnelle de chaque repas. Il dicte des cibles précises pour la quantité de protéines, de fibres, de fruits et de légumes. Mais plusieurs CSLD utilisent de la nourriture bon marché ou préfabriquée, qui offre des calories vides sans grande valeur nutritive.

Une étude de l’Association canadienne des diététistes, effectuée en 2015, indique que de nombreuses résidences ontariennes ont de la difficulté à offrir des repas nutritifs, en raison notamment de la hausse du prix des aliments de base.

L’Association qui représente les CSLD de l’Ontario rejette les allégations selon lesquelles la nourriture offerte aux résidents est « de qualité inférieure ». La présidente, Candace Chartier, croit cependant que l’augmentation des budgets de nourriture aura un effet bénéfique pour les personnes âgées en résidence.

«C’est difficile pour tout le monde de trouver des fruits et légumes frais l’hiver, sans qu’une tête de laitue vous coûte 4 $»

— Candace Chartier, présidente de l’association des CSLD de l’Ontario

Comme le prix de plusieurs aliments comme la viande, les produits laitiers et les fruits et légumes varient beaucoup au gré des saisons, « ça nous réconforte de savoir que si les prix augmentent, nous aurons suffisamment de ressources pour nous ajuster », souligne Mme Chartier.

Le gouvernement ontarien indique que les résidences pour personnes âgées ont la flexibilité d’augmenter leur budget pour la nourriture si elles le désirent. Plusieurs résidences utilisent des sommes allouées à d’autres programmes pour hausser leur budget pour la nourriture.

Cathy Gapp, du groupe AvantAge, espère que le gouvernement ontarien ira plus loin qu’une augmentation ponctuelle pour la nourriture. Elle souhaite que la hausse soit annuelle et indexée au coût des aliments de base.

LIRE AUSSI :

» Soins aux parents vieillissants: une facture salée

» Plus de personnes âgées que d'enfants au Canada

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Recensement 2016: les faits saillants Voyez les images