NOUVELLES
11/05/2017 09:01 EDT | Actualisé 11/05/2017 15:44 EDT

Le directeur intérimaire du FBI contredit la Maison-Blanche

WASHINGTON — Le directeur intérimaire de la police fédérale américaine, Andrew McCabe, a nié jeudi que son prédécesseur, James Comey, avait perdu la confiance des membres de l'agence, comme le prétend la Maison-Blanche.

M. McCabe a pris la relève de M. Comey après son congédiement soudain, plus tôt cette semaine.

Lors d'une comparution devant le Sénat des États-Unis jeudi, M. McCabe a déclaré que M. Comey «jouissait d'appuis solides» au sein de l'agence, qu'il lui voue «le plus grand respect» et que cela avait été «le plus grand privilège de sa carrière» que de pouvoir servir à ses côtés.

Le président Donald Trump a affirmé, au moment de virer M. Comey, que son congédiement était nécessaire pour rétablir «la confiance du public» envers le FBI.

M. Trump avait aussi déclaré à ce moment que M. Comey l'avait assuré à trois reprises qu'il ne faisait pas lui-même l'objet d'une enquête. M. McCabe a dit qu'il serait inhabituel pour le FBI d'informer un individu qu'il n'est pas dans sa mire.

M. McCabe s'est engagé à ne rien dire à la Maison-Blanche concernant l'enquête que mène le FBI sur une possible ingérence de la Russie dans la dernière campagne présidentielle. Il a déclaré qu'il s'agit d'une «enquête très importante» — même si, mercredi, une porte-parole de la Maison-Blanche a dit que c'est «probablement une des plus petites choses» dont s'occupe actuellement le FBI.

M. McCabe n'a pas voulu dévoiler publiquement plus de détails concernant cette enquête.