NOUVELLES
11/05/2017 18:22 EDT

Le comité du budget de Toronto approuve un gel des dépenses

Un gel des dépenses et une augmentation de l'impôt foncier de 2 % seront les points de départ du prochain processus budgétaire, selon les membres du comité du budget de Toronto.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Le comité a pris cette décision après avoir écouté plusieurs groupes sociaux responsables du bien-être des plus démunis et alors que la Ville doit combler un manque à gagner de 343 M$.

Les groupes anti-pauvreté estiment toutefois que le budget de la métropole ne devrait pas être équilibré sur le dos des personnes les plus vulnérables.

Les refuges et les services qui y sont offerts devraient être exemptés du gel des dépenses imposé par les fonctionnaires municipaux, selon eux. La Ville doit établir ses priorités en fonction des valeurs qui lui tiennent à cœur, affirme Michael Rosenberg, un militant anti-pauvreté.

Toronto doit décider quels services recevront plus d'argent et quels sont ceux qui en recevront moins.

Michael Rosenberg militant anti-pauvreté

Dans une lettre adressée au maire de Toronto, John Tory, 90 groupes anti-pauvreté demandent aux conseillers de ne pas approuver un processus budgétaire avec des conditions prédéterminées, notamment un taux d'imposition pour l'impôt foncier ou un plafond pour les dépenses.

Les militants allèguent que cette situation les empêchera de prendre des décisions qui tiennent pleinement comptent des conséquences sociales et économiques sur certains segments de la population.

Contrôler les dépenses

Le conseiller municipal Justin Di Ciano, qui siège au comité du budget, ne partage pas cet avis. Il est très important, selon lui, pour les gestionnaires de se plier à cet exercice de contrôle des dépenses. C'est aussi un moyen pour les conseillers d'évaluer la situation de chaque service, de chaque programme et de chaque agence.

Le conseiller ajoute que le gel des dépenses n'est qu'un point de départ pour le long processus budgétaire.

Il y aura amplement de temps pour réajuster les budgets de tout le monde avant le budget final.

Justin Di Ciano, conseiller municipal de Toronto

Renflouer les coffres

« Chaque année nous plaidons notre cause sachant que la Ville n'a jamais assez de revenus pour répondre aux besoins des plus démunis », dit Maureen Adams du YWCA.

Elle trouve la situation inacceptable et presse les conseillers de trouver et d'approuver d'autres sources de revenus pour renflouer les coffres.

Toronto est financièrement paralysée. Elle a besoin de nouvelles sources de recettes.

Maureen Adams YWCA

Le comité exécutif se penchera à son tour sur le gel des dépenses la semaine prochaine.