NOUVELLES
11/05/2017 14:40 EDT | Actualisé 11/05/2017 15:45 EDT

« Je suis prêt pour Barcelone » - Lance Stroll

BARCELONE - En croisant un confrère de la télévision française dans le paddock de Barcelone jeudi, nous nous sommes mis à jaser de Lance Stroll, et il m'a dit que le Québécois était très fermé avec les médias, ne souriait pas beaucoup, et qu'il fallait travailler fort pour lui tirer des phrases de plus de huit mots.

Un texte de Philippe Crépeau

Jeudi, au circuit Catalunya de Barcelone, où sera disputé ce week-end le Grand Prix d'Espagne, Lance Stroll a été un peu plus bavard avec les représentants de la presse, et surtout plus souriant. Sa course à Sotchi lui a fait énormément de bien, bien plus qu’il ne veut l’admettre.

« C’est sûr que je garde une certaine frustration de mon tête à queue au premier tour, car ça nous a coûté des points. Ce week-end, je suis motivé et je suis prêt.

« Juste mentalement, ça m’a fait du bien de finir la course, même si je connaissais les raisons pour lesquelles je n’ai pas pu finir les quatre premières courses », a dit Stroll.

« Je n’étais pas particulièrement stressé par toute la situation, je savais que c’était juste une question de temps avant que la malchance nous lâche. Je savais que j’allais finir par en finir une. Elle est venue un peu tard [à mon goût], et là je suis prêt pour Barcelone.

« Cette course complète m’a donné plus de temps dans la voiture, plus d’expérience », a poursuivi le Québécois.

« J’ai besoin de temps et d’expérience pour y arriver »

Comme bien des athlètes professionnels, Lance Stroll ne lit pas la presse sportive. Quand une consoeur lui a demandé ce qu’il pensait des commentaires négatifs à son endroit, il a tenu à mettre les choses en perspective.

« Les gens doivent comprendre la position dans laquelle je suis, a-t-il lancé. J’ai 18 ans, c’est ma première année, je ne connais pas toutes les pistes et ces voitures ne sont pas faciles à piloter. Si vous pensez que je peux débarquer et tout de suite être capable de montrer ce dont je suis capable, ce n’est pas la bonne façon de voir les choses. »

J’ai besoin de temps et d’expérience pour y arriver. C’était clair que je n’allais pas épater la galerie (blow everyone’s mind) à ma première course, avec une nouvelle auto entre les mains. Ce n’est pas comme ça que ça marche en F1.

Lance Stroll, pilote Williams

Lance Stroll a une carte importante dans son jeu, que d’autres pilotes débutants n’ont pas : du temps.

« Je sais que ça va prendre du temps, et ça ne me frustre pas. J’accepte la situation dans laquelle je suis parce que je suis jeune, et j’ai du temps devant moi. Et je sais que quand je reviendrai sur ces pistes, je serai meilleur.

« En F3, j’ai été bien meilleur dans ma seconde année que dans ma première, a-t-il poursuivi. C’est comme ça que ça marche en F1 : comprendre la première fois et être meilleur la deuxième. Et j’ai un coéquipier très expérimenté qui est en F1 depuis 15 ans, que je peux utiliser comme point de référence, et ça m’aide beaucoup. »

Cela veut-il dire que Lance Stroll dispose d’une deuxième saison à son contrat avec l’équipe Williams? Ne franchissons pas ce pas important, mais il semble clair que le plan de match entendu avec sa patronne Claire Williams vise le long terme.

Il aborde donc les séances de travail de vendredi (deux séances d'essais libres de 90 minutes chacune) dans les meilleures dispositions possible.

« Je connais le circuit, j’aime la ville, j’ai fini ma première course. Il y a une énergie positive », a-t-il conclu avec un grand sourire qui a dû convaincre mon confrère de la télévision française.