NOUVELLES
11/05/2017 13:58 EDT | Actualisé 11/05/2017 15:43 EDT

Finale de l'Ouest: les Ducks se disent prêts pour Rinne et les Predators

ANAHEIM, Calif. — Les Ducks ont franchi une barrière psychologique en arrachant une victoire de 2-1 en match ultime contre Edmonton, mercredi, après des échecs durant quatre ans de suite lors de matches numéro 7.

«Je ne dirais pas que c'est un soulagement, mais au moins on n'en parlera plus, a dit le capitaine des vainqueur, Ryan Getzlaf. C'est donc une bonne chose.»

La finale de l'Ouest contre Nashville commencera dès vendredi, au Honda Center.

Pekka Rinne a déjà aidé les Predators à éliminer les Ducks deux fois en séries - en six matches en 2011, puis en sept rencontres l'an dernier. Le 27 avril 2016, le Finlandais de six pieds cinq a fait 36 arrêts et Nashville a prévalu 2-1, écartant Anaheim au premier tour.

«Les Preds sont excellents. Ils ont fait du très beau boulot cette année et aussi contre nous dans le passé, a dit l'attaquant des Ducks Andrew Cogliano, auteur du but égalisateur dans le septième match. Ça va être un autre gros défi.»

Anaheim tente d'atteindre la finale de la coupe Stanley pour la première fois depuis 10 ans. Les Predators en sont à leur première présence en finale de l'Ouest, eux qui ont disputé leur première campagne en 1998-99.

Les deux formations dominent le bal printanier, n'ayant échappé que cinq matches. Les Predators ont subi leurs deux revers au deuxième tour contre St. Louis, après avoir balayé Chicago. Les Ducks ont disposé des Flames en quatre matches en première ronde.

Mercredi, les Oilers ont marqué dès la quatrième minute mais par la suite, les Ducks ont imposé leur volonté de vaincre.

«Nous n'avons pas paniqué, a dit Nick Ritchie, qui a réussi le but décisif au début du troisième vingt. En fait, nous avons commencé à mieux jouer quand ils ont marqué.»

Getzlaf, qui a eu 32 ans mercredi, joue un rôle majeur avec huit buts et 15 points en 11 matches des séries. Reconnu comme fabriquant de jeux, il a aussi trouvé la touche comme buteur, ce qui déteint sur Corey Perry. Son compagno de trio totalise six points depuis quatre matches, dont une mention d'aide sur le but de Ritchie, mercredi.

Rinne est le plus grand obstacle, littéralement et au sens figuré, mais les Ducks sont prêts.

«Nous avons été bien servis par une deuxième moitié de saison peu évidente, a dit Getzlaf. Mais nous avons résisté à l'adversité, et nous devons garder ça en tête pour la série à venir.»