NOUVELLES
11/05/2017 02:53 EDT | Actualisé 11/05/2017 04:47 EDT

Critiqué, Pierre Beaudoin réduira la taille de son rôle chez Bombardier

MONTRÉAL — La controverse provoquée par la rémunération des hauts dirigeants de Bombardier a incité le président exécutif du conseil d'administration, Pierre Beaudoin, à réduire la taille de son rôle à compter du 30 juin.

Le constructeur d'avions et de trains a annoncé jeudi que celui-ci demeurera à la tête du conseil, mais qu'il abandonnera son titre «exécutif», soit la portion liée à la gestion quotidienne.

«Ce changement reflète le grand succès de la transition du leadership exécutif de Bombardier à Alain (Bellemare) au cours des deux dernières années», a dit M. Beaudoin, par voie de communiqué, à l'occasion de la divulgation des résultats du premier trimestre et avant l'assemblée annuelle, qui se tient à Dorval.

En raison de la pression populaire, Bombardier avait repoussé d'un an, soit jusqu'en 2020, certains paiements qui devaient être versés à compter de 2019 à ses six plus hauts dirigeants. Initialement, leur rémunération globale devait totaliser 32,6 millions $, ce qui représentait une augmentation de 50 pour cent sur un an.

Cette décision de M. Beaudoin ne va pas aussi loin que ce que réclamait le front commun de quatre des plus importants gestionnaires de caisses de retraite au pays — dont la Caisse de dépôt et placement du Québec — ainsi que le Fonds de solidarité FTQ. Ceux-ci s'opposaient à la réélection de M. Beaudoin à la tête du conseil d'administration.

Ces investisseurs institutionnels, tout comme d'autres caisses de retraite aux États-Unis, s'opposent par ailleurs à l'approche de l'avionneur en matière de rémunération de ses hauts dirigeants.

Il sera difficile de faire plier la famille Beaudoin-Bombardier, qui, grâce aux actions à droit de vote multiple, contrôle 53,23 pour cent des droits de vote même si elle ne détient qu'environ 13 pour cent des titres en circulation.

Néanmoins, l'assemblée annuelle, qui se tient au centre de finition des avions Global, à Dorval, s'annonce plus houleuse qu'à l'habitude.

Une manifestation organisée par des organisations syndicales ainsi que Québec solidaire doit se dérouler à proximité de l'endroit.

Quant à sa performance pour le trimestre terminé le 31 mars, Bombardier (TSX:BBD.B) a affiché une perte nette de 31 millions $ US, ou deux cents US par action, par rapport à une perte nette de 138 millions $ US, ou sept cents US par action, il y a un an.

Les revenus se sont repliés de neuf pour cent, à 3,58 milliards $ US.