NOUVELLES
11/05/2017 10:40 EDT | Actualisé 11/05/2017 11:00 EDT

Colombie: Farc et ELN réitèrent leur engagement pour la paix

Les guérillas des Farc et de l'ELN ont promis jeudi de rester engagées pour la paix avec le prochain gouvernement de Colombie, l'ELN écartant toutefois de signer tout accord avant les élections générales de mai 2018.

"Nous chercherons à ce que le présent effort pour la solution politique engage les différentes forces participant au débat en vue des élections de 2018", ont déclaré ces guérillas dans un communiqué commun, publié après une rencontre inhabituelle entre les deux groupes, pendant deux jours à Cuba.

Tandis que les Farc ont signé en novembre dernier un accord pour mettre fin au conflit le plus long d'Amérique latine, l'ELN, dernière guérilla active du pays, est actuellement en négociations, à Quito, avec le gouvernement pour trouver un accord similaire et permettre une paix complète en Colombie.

Le chef suprême des Farc, Rodrigo Londoño, plus connu sous le pseudonyme de Timochenko, et Nicolas Rodriguez (Gabino), dirigeant de l'ELN, se sont engagés à "éviter que les appels à la guerre lancés par l'extrême droite n'inversent cet élan" vers la paix.

La droite colombienne, menée par l'ex-président Alvaro Uribe, critique fortement l'accord signé avec les Farc, l'accusant de garantir une "impunité totale" aux guérilleros auteurs de crimes graves.

M. Rodriguez a précisé jeudi que, du côté de l'ELN, un accord de paix avec le gouvernement ne pourra pas être signé avant les prochaines élections générales, prévues en mai 2018.

"En réalité nous ne pensons pas, (...) même si nous le souhaiterions, pouvoir avancer aussi vite que nous le voulons (pour parvenir à un accord) avant les élections", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse commune avec les Farc.

Le conflit armé colombien a impliqué au fil des décennies guérillas d'extrême gauche, paramilitaires d'extrême droite et forces de l'ordre, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

Le président Juan Manuel Santos, artisan des négociations de paix avec les Farc puis l'ELN, quittera le pouvoir en août 2016 après huit ans à la tête de la Colombie, la Constitution l'empêchant de briguer un nouveau mandat.

vel/ka/ple