NOUVELLES
11/05/2017 06:46 EDT | Actualisé 11/05/2017 07:00 EDT

Canada: inondations plus fréquentes avec le changement climatique, selon M. Trudeau

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a mesuré sur le terrain jeudi l'ampleur des dégâts provoqués par les inondations dans l'est du Canada en estimant que la fréquence rapprochée des catastrophes naturelles était liée au changement climatique.

Le chef du gouvernement a survolé en hélicoptère les zones inondées à Gatineau, près de la capitale fédérale Ottawa, en assurant que l'aide fédérale viendrait compléter les indemnisations partielles de la province du Québec.

Depuis trois semaines, d'importantes zones sont inondées depuis la capitale fédérale jusqu'à 500 kilomètres plus à l'est.

Dans son dernier bilan, Urgence Québec a indiqué que près de 3.000 personnes ont été évacuées et environ 4.000 résidences inondées à travers 166 communes.

"Si les eaux commencent à reculer, une autre étape de travail" commence pour les populations "qui font face à des dégâts épouvantables", a déclaré Justin Trudeau.

"Une des choses dont nous avons conscience, c'est que la fréquence de phénomènes météorologiques extrêmes s'accélère et ceci est la conséquence du changement climatique", a-t-il ajouté.

Aussi, d'une habitude de faire face à une catastrophe naturelle chaque siècle, "ceci peut arriver maintenant tous les dix ans" ou de façon récurrente plus souvent, a-t-il dit.

"Ceci signifie que nous devons reconstruire nos habitations et nos infrastructures (...) de façon à ce qu'elles soient plus solides et plus durables face aux situations exceptionnelles que nous affrontons maintenant", a estimé le chef du gouvernement.

De son côté le Premier ministre du Québec Philippe Couillard a mis en alerte les populations de l'est de la province francophone sur la montée des eaux qui va être observée dans les prochaines heures après la décrue observée progressivement à l'ouest.

Les forces armées ont encore renforcé leurs effectifs sur le terrain pour aider les populations à protéger leurs résidences avec des sacs de sable. Environ 2.200 soldats sont déployés jeudi.

mbr/jl/elc