NOUVELLES
11/05/2017 15:13 EDT | Actualisé 11/05/2017 15:45 EDT

Avenir du projet Trans Mountain : Brad Wall inquiet d’une coalition du NPD et des verts en C.-B.

À la suite de l'élection en Colombie-Britannique, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, s'est dit inquiet de la possibilité d'une coalition dirigée par le Nouveau Parti démocratique (NPD) qui a affirmé à plusieurs reprises vouloir annuler le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain. Ce projet assurerait à l'usine Evraz de Regina un important contrat.

Le nouveau gouvernement de Christy Clark en Colombie-Britannique est minoritaire. Son parti a remporté 43 sièges, soit un de moins que la majorité, le NPD en a 41 et le Parti vert détient la balance du pouvoir avec trois sièges. Voilà qui fait craindre à Brad Wall l’annulation du contrat de construction de 250 000 tonnes métriques de tuyaux pour le projet d’expansion du pipeline Trans Mountain qu’a obtenu Evraz pour son usine de Regina.

Brad Wall raconte qu’un de ses ministres, qui a visité les installations de la compagnie, lui a affirmé que pour la première fois depuis longtemps, Evraz a rappelé tous ses employés au travail. Le vice-président responsable des relations avec les investisseurs, Christian Messmacher, indiquait d’ailleurs cette semaine que ce contrat permettait à l’aciérie de conserver un nombre important d'emplois à temps plein pour les prochains mois.

Un meilleur prix pour le pétrole de la Saskatchewan

Le projet Trans Mountain consiste en un dédoublement de l’oléoduc qui relie Strathcona County, près d’Edmonton, en Alberta et Burnaby, en Colombie-Britannique. Le tout permettrait de tripler la quantité de pétrole envoyé vers la côte ouest pour être exporté vers des marchés extérieurs.

Selon le premier ministre, si le projet va de l’avant, la Saskatchewan pourra accroître le montant qu’elle reçoit pour son pétrole puisqu’elle n’aura plus à le vendre au rabais aux États-Unis.

Brad Wall, défenseur des pipelines

Le premier ministre de la Saskatchewan soutient que la Saskatchewan ne serait pas la seule province à souffrir de l’annulation du projet Trans Mountain, qui a déjà reçu l’approbation de la Colombie-Britannique et du gouvernement fédéral.

« L’économie de la Colombie-Britannique et ses installations portuaires dépendent des exportations », précise-t-il.

De plus, Brad Wall indique que les partis qui s’opposent au dédoublement de cet oléoduc de l’Ouest n’ont pas reçu la majorité des votes. Par conséquent, il estime que c’est son rôle, en tant que premier ministre de la Saskatchewan, de défendre les intérêts de sa province, ce qui inclut les pipelines.

Malgré cela, si la Colombie-Britannique est gouvernée par une coalition du NPD et du Parti vert, Brad Wall assure qu’il sera prêt à collaborer.

La compagnie responsable du projet Trans Mourntain, Kinder Morgan, a indiqué qu’elle souhaitait commencer la construction des 1150 km de pipeline dès l’automne 2017. D’ici là, il lui reste à finaliser le financement du projet, dont les coûts sont estimés à 7,4 milliards de dollars.