Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le scénariste de 13 Reasons Why parle de ses idées pour une deuxième saison

Si la polémique reste vive concernant les possibles effets néfastes de la série de Netflix sur les jeunes fragiles, l'équipe de 13 Reasons Why (Treize raisons) envisage bel et bien de continuer l'aventure. Dans une entrevue accordée à The Hollywood Reporter, le scénariste principal évoque même un retour du personnage central, malgré sa mort, dans une deuxième saison.

L’histoire du suicide de l’adolescente Hannah Baker (interprétée par Katherine Langford), qui laisse des cassettes audio pour expliquer son geste et dénoncer ceux qui en sont à ses yeux responsables, se base sur un roman à succès écrit par Jay Asher. À priori, il était donc difficile d’imaginer une suite à cette série qui a fait réagir dans le monde entier, tant par son message que par ses scènes déstabilisantes.

Pourtant, les rumeurs de discussions avancées entre Netflix et l’équipe de 13 Reasons Why pour une deuxième saison ont commencé à voir le jour ces dernières semaines. Les déclarations de Brian Yorkey semblent le confirmer.

En jouant sur des allers-retours entre des événements passés et le présent, le scénariste se voit continuer à mettre de l’avant Hannah Baker. « Elle fait partie intégrante du prochain chapitre de la série, quel qu’il soit. Elle occupe toujours le centre du propos », a expliqué Brian Yorkey.

« Ça doit être difficile à regarder »

Cette deuxième saison pourrait également se concentrer ce arrive à d’autres adolescents qui ont marqué la première, notamment ceux qui sont à l’origine du suicide d’Hannah. Les derniers épisodes semblent également montrer qu’un autre drame pourrait être en préparation.

Reste à savoir, si une deuxième saison est confirmée, jusqu’où les auteurs de 13 Reasons Why et les patrons de Netflix seront prêts à aller. La série a été montrée du doigt, car on y voit des drames filmés de manière explicite. Néanmoins, Brian Yorkey persiste à croire qu’il s’agit d’un choix justifié. « Ça doit être difficile à regarder. Si on rend cela facile, alors on en vient à vendre un produit qu’on ne voulait pas vendre », a-t-il indiqué.

Les images violentes, ainsi que certaines idées sous-jacentes autour du suicide et de la dépression, auraient eu de graves conséquences sur certains jeunes spectateurs instables. Face aux critiques, Netflix a annoncé sa décision d’ajouter des messages d’avertissement au début de la série.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.