Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Au tour des Vénézuéliennes de s'opposer au président Maduro

Plusieurs dizaines de milliers de Vénézuéliennes, vêtues de blanc, ont manifesté samedi à Caracas et dans d'autres villes du pays contre le gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro.

Une rose à la main, et scandant « Liberté! », elles ont appelé à la tenue d'élections pour mettre fin à la violente crise politique qui a fait au moins 37 morts ces cinq dernières semaines.

Ces marches de femmes étaient organisées dans la plupart des grandes villes du pays. A Caracas, le cortège a été bloqué par les forces de sécurité; les autorités avaient mis des policières en première ligne.

« Laissez-nous voter, et tout sera terminé », a déclaré Anlerisky Rosales, une enseignante de 22 ans, croisée dans les rangs de la manifestation. « Il y a trop de souffrances au Venezuela. S'il le faut, nous donnerons nos vies dans la rue pour que Maduro s'en aille. »

L'opposition, majoritaire à l'Assemblée nationale depuis les élections législatives de décembre 2015, réclame une élection présidentielle anticipée. Elle exige aussi la libération de dizaines de militants, qu'elle considère comme des prisonniers politiques, et le respect de l'indépendance du Parlement.

Côté gouvernemental, Maduro insiste sur les actes de vandalisme et de violence commis par de jeunes manifestants masqués et présente le mouvement comme une tentative de coup d'État soutenu par les États-Unis.

Il a proposé lundi dernier la formation d'une assemblée constituante, aussitôt rejetée par l'opposition, qui y voit une manoeuvre visant à marginaliser le Parlement.

Ses partisans se sont également rassemblés samedi à Caracas, où des femmes vêtues de rouge ont apporté leur soutien au successeur d'Hugo Chavez. « Cette manifestation est contre le terrorisme de l'opposition qui détruit tout », a expliqué Fredesvilda Paulino, cuisinière de profession.

Cette nouvelle crise politique, sur fond de graves difficultés économiques, a éclaté lorsque la Cour suprême, alliée à Maduro, s'est brièvement arrogé les pouvoirs de l'Assemblée nationale.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.